Crise du lait : les éleveurs trompés ?

Douche froide pour les producteurs de lait, qui pensaient avoir un accord pour une augmentation des prix. Les industriels n'entendent pas payer la tonne à 340 euros.

FRANCE 3

Isabelle Lottin est dépitée. Cette productrice de lait dans la Manche accuse le coup, alors que le 24 juillet, elle pensait qu'un accord était trouvé pour que les industriels augmentent le prix du litre de lait de quatre centimes et payent la tonne à 340 euros jusqu'à la fin de l'année.

Mais le 4 août, l'éleveuse a reçu une lettre de Savencia : "Aucun engagement de niveau de prix n'a été pris lors de cette table ronde", martèle l'industriel qui n'entend pas se plier à l'accord présumé. Depuis, le n°1 mondial du secteur, Lactalis, a envoyé le même type de courrier à ses producteurs.

"On nous berne à chaque fois"

Même Olivier Picot, président de la Fédération nationale de l'industrie laitière, enfonce le clou au micro de France 3 : "Personne n'a jamais parlé de prix minimum ou autres, d'abord parce que c'est parfaitement illégal, et parce que ce n'est pas le sujet". Pourtant, le 24 juillet, le président de la FNSEA Xavier Belin faisait bien état d'un accord.

Aujourd'hui, les responsables du syndicat sont dans l'embarras. Isabelle Lottin confie : "Il y a une frustration parce qu'on nous berne à chaque fois. On nous fait des promesses qui ne sont jamais tenues".

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des vaches montbéliardes, dans la Loire, le 12 novembre 2010.
Des vaches montbéliardes, dans la Loire, le 12 novembre 2010. (MAXPPP)