Crise des éleveurs : les professionnels ne sont pas convaincus par les promesses de l'État

Après l'annonce par Manuel Valls d'une mesure pour baisser les cotisations sociales des agriculteurs, ceux-ci ne sont pas rassurés et continuent leur mobilisation.

France 2

À la traite du matin, les Huguet père et fils sont déçus et fatigués. Ces exploitants agricoles à Dolomieu (Isère) ont fait le calcul : ils payent 26 000 euros de charges sociales par an, et la baisse annoncée le 17 février par Manuel Valls représente pour eux un allégement de 2 600 euros. "On va tenir 20 jours quoi. (...) Nous, ce qu'on veut, c'est des prix. On en a marre de ces aides superficielles médiatisées", défend René Huguet.

Une production à perte

Ils exploitent 86 vaches laitières, qui produisent 800 000 litres de lait chaque année, mais à 30 centimes le litre vendu, les éleveurs déclarent perdre de l'argent. Dans ces conditions, les mesures annoncées ne sont pour eux pas les bonnes. "Arrêtez. On ne veut pas ça. Déjà, ça ne fait que repousser l'échéance. Et ce n'est pas ce qu'on souhaite : on demande trois centimes de plus par litre de lait", précise Jérôme Huguet. Son père devrait prendre sa retraite l'année prochaine à 62 ans, alors à 34 ans, Jérôme s'interroge sur son avenir.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des agriculteurs bloquent la rocade de Rennes (IIle-et-Vilaine), le 17 février 2016. 
Des agriculteurs bloquent la rocade de Rennes (IIle-et-Vilaine), le 17 février 2016.  (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)