Cri de colère des agriculteurs partout en France

Les agriculteurs ont manifesté un peu partout en France, mardi 22 octobre. Ils voulaient interpeller le chef de l'État sur "l'agri-bashing".

Un mannequin pendu devant un tracteur, c'est l'image qu'ont voulu montrer les agriculteurs, mardi 22 octobre, pour interpeller le chef de l'État. Car chaque jour, un agriculteur se suicide. La mobilisation du monde paysan s'est manifestée par des opérations escargot. Ils se sont ensuite dirigés vers les préfectures ou les centres des impôts pour y déverser du purin. À Nîmes (Gard), les forces de l'ordre ont dû répondre par des tirs de gaz lacrymogène. Les agriculteurs dénoncent une concurrence internationale jugée déloyale. "Tous ces traités sur, à la fois l'embargo russe, le CETA, le Mercosur et Trump, ça suffit", fustige David Sève, président de la FDSEA du Gard.

Difficile de vivre décemment

Ils en appellent au président de la République pour gagner décemment leur vie. Les États généraux de l'alimentation, qui devaient rééquilibrer les relations entre grandes surfaces et paysans, n'ont pas vraiment porté leurs fruits. Ils demandent un "prix rémunérateur" notamment. De même, le monde paysan ne supporte plus les critiques de plus en plus vives sur l'utilisation des pesticides et produits jugés dangereux pour la santé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une pancarte de soutien aux agriculteurs de Seine-Maritime touchés par l\'incendie de Lubrizol, le 1er octobre 2019 à Rouen.
Une pancarte de soutien aux agriculteurs de Seine-Maritime touchés par l'incendie de Lubrizol, le 1er octobre 2019 à Rouen. (LOU BENOIST / AFP)