Constat d'échec à Bruxelles autour du budget européen

Les négociations sur la PAC sont restées dans l'impasse, les divergences entre les États membres étaient très importantes. Le correspondant de France Télévisions à Bruxelles, Pascal Verdeau, explique les tenants et aboutissants.

Sur la PAC, la France va continuer à se battre, c'est ce qu'a martelé Emmanuel Macron au sortir de la réunion avec les 27 à Bruxelles. Et si aucun accord n'a été trouvé, le président français pourra dire aux agriculteurs (le Salon de l'agriculture ouvre ce samedi 22 février à Paris) qu'il a refusé un mauvais accord. "Il manquerait 1,2 milliard d'euros. Sur l'ensemble du budget européen, l'équation était complexe avec le départ du Royaume-Uni, rappelle Pascal Verdeau. Le trou annuel sera de 10 milliards d'euros par an."

Divergences politiques

Mais les raisons de cet échec de l'accord sont peut-être à trouver ailleurs. "Il y a eu la confrontation entre les pays les moins dépensiers, ceux du Nord, et ceux de l'Est et du Sud, plus généreux", détaille le correspondant. "Mais surtout, il y a eu un manque de volonté politique et de cohérence des 27 : comment financer de nouvelles politiques sur le climat, un enjeu essentiel, la défense ou le numérique, avec des moyens financiers aussi faibles et aussi bas", interroge Pascal Verdeau. "L'Europe veut continuer à jouer dans la cour des grands, mais elle joue petit bras pour le moment", avance-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège de la Commission européenne, à Bruxelles (Belgique), le 8 janvier 2016.
Le siège de la Commission européenne, à Bruxelles (Belgique), le 8 janvier 2016. (WINFRIED ROTHERMEL / PICTURE ALLIANCE / AFP)