Consommation : que valent les vins naturels ?

Le vin naturel séduit de plus en plus de consommateurs. Dans la Loire, Jacques Carroget, un viticulteur, en produit depuis vingt ans.

France 2

Dans les vignes de la rive droite de la Loire, Jacques Carroget vient à peine de commencer ses vendanges. Pour faire du vin naturel, la première condition est de cultiver des vignes sans chimie de synthèse. Le vigneron n'utilise plus de pesticides, juste un peu de cuivre et des tisanes. Il a changé toutes ses pratiques il y a vingt ans.

Bientôt un label non officiel ?

Il n'utilise pas de machines pour vendanger ni pour sélectionner les raisins. Objectif : ne pas brusquer la récolte. "Si on le fait mécaniquement, on va avoir une production de polyphénols qui vont être désagréables dans le vin", explique-t-il. Cela demande néanmoins plus de travail pour moins de raisins qu'en culture conventionnelle. Mais les différences ne s'arrêtent pas là. Pour aider les sucres à se transformer en alcool, pas question d'ajouter des levures artificielles. Dernière étape : la vinification où les additifs sont parfois nombreux. Mais Jacques Carroget n'en utilise aucun. Les goûts des vins naturels souvent différents plaisent aux amateurs. Le label non officiel, avec des garanties, devrait être mis en place dans quelques mois afin de répondre à une demande de transparence des consommateurs.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des grappes de raisin rouge.
Des grappes de raisin rouge. (ISABELLE ROZENBAUM / MAXPPP)