Commerce équitable : à qui profitent les labels ?

Justine Weyl décrypte mercredi 28 août, sur le plateau du 13 Heures, ce qu'impliquent les labels de commerce équitable, aussi bien pour les producteurs que pour les consommateurs.  

France 2

Le commerce équitable est devenu un secteur en plein boom, avec un chiffre d'affaires exceptionnel de 1,3 milliard d'euros en 2018. Une démarche qui change la manière de consommer, autant pour l'acheteur que pour le producteur. Car si on paye plus cher, cet argent sert "à assurer un revenu plus important et plus stable au producteur", assure Justine Weyl sur le plateau du 13 Heures, mercredi 28 août.

Plus équitable, mais pas forcément de meilleure qualité

"Mais au-delà de ce soutien économique, le commerce équitable participe aussi au développement social. Il finance par exemple la construction d'écoles, ou des coopératives de femmes qui peuvent donc plus facilement s'émanciper", explique la journaliste. Le commerce équitable comporte aussi un pan environnemental, car "une partie des bénéfices doit servir à rendre les exploitations moins polluantes". Pour le producteur, la qualité des produits n’est pas forcément meilleure. C'est d'abord "un geste solidaire".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des produits issus du commerce équitable dans un supermarché de Rots (Calvados), en mai 2006. 
Des produits issus du commerce équitable dans un supermarché de Rots (Calvados), en mai 2006.  (MYCHELE DANIAU / AFP)