Ce qui fait débat : faut-il interdire l'huile de palme ?

Le Premier ministre présentait mercredi 4 juillet le plan biodiversité, censé préserver davantage les espaces naturels. Il s'engage à lutter contre la déforestation importée, dont l'huile de palme est devenue le symbole. Pourtant, s'en passer ne résoudrait pas le problème des forêts.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Gâteaux, chips, céréales : elle est présente dans de très nombreux produits en supermarché. C'est la moins chère de toutes les matières grasses, mais l'huile de palme est accusée de tous les maux. Responsable de la déforestation en Asie, elle serait aussi pour certains mauvaise pour la santé. Alors, faut-il interdire l'huile de palme ? Depuis les années 1990, les industriels l'utilisent massivement. Cette usine en Belgique fabrique de la margarine en blocs de 10 kg. Elle servira à la confection de croissants ou de biscuits. L'ingrédient principal : de l'huile de palme, la seule qui reste solide à température ambiante. Autre avantage : son coût, en moyenne 15% moins cher que les autres huiles. Pourtant, certains industriels ont fait le choix de s'en passer. Pour son produit phare, une marque de pâtisserie a développé avec des chercheurs un substitut à base d'huile de colza. Une solution prometteuse, mais plus coûteuse à produire.

La productivité, avantage non négligeable de l'huile de palme

L'huile de palme reste aujourd'hui la plus consommée au monde. La demande est en hausse, mais le prix pour cette huile miracle est-il trop lourd à payer ? En Indonésie, chaque minute, l'équivalent de six terrains de football de forêts est rasé ou brûlé pour laisser place à des champs de palmiers. Une catastrophe dont certains industriels ont conscience. Comme le fabricant de margarine belge, des marques s'engagent à n'utiliser que de l'huile de palme durable, dont la production répond à une charte stricte.

Et pour notre santé, qu'en est-il ? Pour cette nutritionniste, il vaut mieux ne pas en abuser, car elle peut favoriser le cholestérol et donc les maladies cardiovasculaires. Si l'on interdisait l'importation d'huile de palme, quelles seraient les alternatives ? Selon un récent rapport, le développement de cultures pour favoriser d'autres huiles végétales pourrait avoir un effet contre-productif, notamment en déplaçant et en aggravant la déforestation. Pour limiter la consommation d'huile de palme, les défenseurs de l'environnement recommandent de la réserver à l'agroalimentaire. Aujourd'hui, en France, plus de 80% de l'huile importée sert pour fabriquer du biocarburant, comme le fait le pétrolier Total dans l'usine de la Mède (Bouches-du-Rhône).

Le JT
Les autres sujets du JT
Un ouvrier entasse des grappes de fruits de palmiers à huile, le 16 septembre 2015 en Indonésie.
Un ouvrier entasse des grappes de fruits de palmiers à huile, le 16 septembre 2015 en Indonésie. (ADEK BERRY / AFP)