Biocarburant : la colère des producteurs de colza

Dès dimanche 10 juin, la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs appellent à bloquer plusieurs raffineries. Une action forte pour dénoncer la décision de l'État d'autoriser Total à importer de l'huile de palme. Ce produit est en concurrence avec le colza français pour le biocarburant.

France 2

La production française de colza est menacée par les importations d'huile de palme d'Indonésie que le gouvernement a autorisées. À Vulaines-lès-Provins (Seine-et-Marne), Charles De Bisschop cultive du blé, de l'orge et du colza. C'est pour défendre cette dernière production qu'il ira manifester. "Il va y avoir un impact important. Si ça continue à s'amplifier, toute la filière colza française risque de dépérir", déplore ce dernier.

Concurrencés par l'huile de palme

Le colza est aussi une plante stratégique pour l'indépendance alimentaire et énergétique du pays. C'est pour cette raison que les producteurs ont investi dans des usines. Elles servent à élaborer des huiles alimentaires, du biocarburant et des protéines végétales pour l'alimentation des animaux. Ces biocarburants sont directement concurrencés par l'huile de palme. Aujourd'hui, la raffinerie Total de la Mède est autorisée à importer 250 000 tonnes de biocarburant de palme. Pour les dirigeants de Total, cela n'aura aucune incidence sur la filière colza.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un champ de colza dans les Deux-Sèvres, l\'un des départements perdants de la nouvelle carte des zones agricoles défavorisées.
Un champ de colza dans les Deux-Sèvres, l'un des départements perdants de la nouvelle carte des zones agricoles défavorisées. (MAXPPP)