Apiculture : vers une production de miel très réduite

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Apiculture : Vers une production de miel très réduite
France 2
Article rédigé par
C. Barbaux, B. Parayre, P. Fivet - France 2
France Télévisions

Les conditions météorologiques des derniers mois n'ont pas été bénéfiques aux récoltes de miel. Exemple en Auvergne, région particulièrement touchée par le gel et le froid, où les rendements risquent d'être très faibles cet automne. 

Entre deux averses, des apiculteurs auvergnats inspectent leurs ruches. Les abeilles sont affamées, elles ne sont pas sorties butiner, la faute au manque d'éclaircies ces derniers mois. Ils doivent donc les nourrir avec un sirop, ce qui est exceptionnel à cette saison. Ces apiculteurs luttent pour la survie de leurs colonies, et ne récolteront pas de miel cette année. "L'année dernière on a dépassé les 10 tonnes de miel, cette année si on dépasse les 2 tonnes, on sera plutôt content", soupire Marie Mior, apicultrice à Saint-Ours (Puy-de-Dôme). 

2021, une année catastrophique pour la récolte de miel 

En avril le gel, au mois de mai le froid et depuis juin, les incessantes pluies : face à ces aléas climatiques, les professionnels s'attendent à une pénurie de miel en Auvergne. Alors, dans certaines boutiques, les prix augmentent. "Là j'ai augmenté de 10 centimes car on tourne avec le miel de 2020, celui de 2021 n'existera pas", explique une gérante. Un miel plus cher et plus rare, sur un marché déjà dominé par les produits étrangers. En 2019, la France en a importé environ 32 800 tonnes, soit 73% du miel consommé dans l'Hexagone. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.