Agriculture : une récolte de miel difficile pour les apiculteurs

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Agriculture : une récolte difficile pour les apiculteurs
FRANCE 2
Article rédigé par
M-C.Delouvrié, O.Combe, F.Fort - France 2
France Télévisions

Comme pour de nombreux apiculteurs en France, la récolte ne s’annonce pas fructueuse pour Olivier Ambrosino, installé près de Toulouse (Haute-Garonne). Les aléas climatiques ont eu des conséquences directes sur sa production. 

Mardi 7 septembre, l’inspection des ruches est bien moins risquée qu’à l’accoutumée pour Olivier Ambrosino, apiculteur près de Toulouse (Haute-Garonne). Face à l’absence d’abeilles, il n’a même pas besoin d’enfiler sa combinaison pour se protéger. Sur l’année, il a perdu près d’1,5 million d’abeilles. Les ruches vides s’empilent depuis plusieurs jours. "Grâce aux stocks de l’année dernière, je vais pouvoir vivre. Mais cette année toute seule, je m’écroule", alerte l’apiculteur. Il va devoir faire augmenter de 15 centimes par pot le prix de son miel. 

La faute au changement climatique ?

Olivier Ambrosino a tout de même réussi à récupérer quatre tonnes de miel, contre neuf tonnes l’année précédente. Mais la récolte s’annonce catastrophique pour de nombreux apiculteurs. Ils l’expliquent notamment par le changement climatique, en particulier à cause de l'épisode de gel au printemps dernier. Les abeilles n’avaient pas de fleurs à butiner en avril et seraient donc mortes de faim. Il faut donc se tourner vers d’autres solutions. Moins traité depuis l’interdiction d’un pesticide il y a trois ans, le tournesol a sauvé la fin de saison d’Olivier Ambrosino en nourrissant quelques abeilles. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.