Agriculture : la hausse du prix du blé ne profite pas aux agriculteurs

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
La hausse du prix du blé se poursuit. Conséquence, les récoltes s'annoncent en baisse, malgré une flambée qui aurait pu profiter aux céréaliers. Hélas, la météo des derniers mois anéantit tout espoir.
FRANCE 2
Article rédigé par
J.Longchampt, C.Colnet, E.Prigent, M.Mouamma, E.Jacquin, M.Peret - France 2
France Télévisions

La hausse du prix du blé se poursuit. Conséquence, les récoltes s'annoncent en baisse, malgré une flambée qui aurait pu profiter aux céréaliers. Hélas, la météo des derniers mois anéantit tout espoir. 

La moisson a plus d'un mois de retard. Dans un champ de blé du Pas-de-Calais, un agriculteur peine à finir sa récolte. La météo, capricieuse cette année, a bouleversé son calendrier. "On n'arrive pas à finir notre moisson correctement, on a des rendements qui sont à la baisse d'à peu près 30 %", explique Germain Monsigny, agriculteur à Verlincthun. En cause de ce rendement inférieur aux attentes, une céréale abîmée et plus petite, qui sera vendue moins chère sur le marché, ou sera destinée à l'alimentation animale. 

La solution : les exportations

Il n'est pas le seul touché. Gel, tempêtes, précipitations record... en 2021, la production mondiale de blé tendre s'est effondrée. Plus rare, mais toujours autant consommé, le blé a vu son cours atteindre des sommets, jusqu'à 272 euros la tonne. Pourtant, les agriculteurs français ne devraient pas toucher au jackpot. La production n'a pas été à la hauteur des prévisions. Certains agriculteurs peinent à remplir les silos. Il ne reste plus que les exportations mondiales pour sauver la mise. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.