Cet article date de plus de trois ans.

Agriculture : en Haute-Savoie, les habitants ne supportent plus le bruit des vaches

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Agriculture : dans le Biot (Haute-Savoie), les habitants ne supportent plus le bruit des vaches
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Le tintement des clarines des vaches dans les alpages fait le bonheur des touristes. Mais des habitants du Biot (Haute-Savoie), importunés par le bruit des cloches, ont déposé une pétition pour que les animaux d’alpage déménagent.

Douce musique pour les uns, enfer auditif pour les autres.Au Biot (Haute-Savoie), à 1200 mètres d’altitude, les cloches des vaches, chèvres et brebis ont résonné tout l’été. Un bruit insupportable pour Tanya Cartwright, résidente aux premières loges : "Quand vous ouvrez la fenêtre la nuit il y a 42 décibels, c’est plus de 15 décibels au-dessus de la normale. Comment voulez vous dormir avec ça ?", s’agace-t-elle. Avec une vingtaine d’autres voisins, Tanya a signé une pétition pour que les vaches déménagent.

Le maire en colère

Henri-Victor Tournier, maire du Biot, ne l’entend pas de cette oreille : "Aujourd’hui c’est le bruit des vaches, demain ce sera le bruit des marmottes. Il ne faut pas exagérer", s’impatiente-t-il. On est en montagne. Moi quand je vais à Paris je ne demande pas qu’on arrête le bruit du métro." D’autant que les animaux d’alpage permettent de débroussailler des hectares de pâturage à peu de frais. Même son de cloche du côté de l’alpagiste, qui affirme que les clarines attachées aux cous de ses animaux ne sont pas purement décoratives : "Les cloches, ça sert à savoir où elles sont en permanence", explique-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.