Agriculture : en Haute-Savoie, les habitants ne supportent plus le bruit des vaches

Le tintement des clarines des vaches dans les alpages fait le bonheur des touristes. Mais des habitants du Biot (Haute-Savoie), importunés par le bruit des cloches, ont déposé une pétition pour que les animaux d’alpage déménagent.

FRANCE 3

Douce musique pour les uns, enfer auditif pour les autres.Au Biot (Haute-Savoie), à 1200 mètres d’altitude, les cloches des vaches, chèvres et brebis ont résonné tout l’été. Un bruit insupportable pour Tanya Cartwright, résidente aux premières loges : "Quand vous ouvrez la fenêtre la nuit il y a 42 décibels, c’est plus de 15 décibels au-dessus de la normale. Comment voulez vous dormir avec ça ?", s’agace-t-elle. Avec une vingtaine d’autres voisins, Tanya a signé une pétition pour que les vaches déménagent.

Le maire en colère

Henri-Victor Tournier, maire du Biot, ne l’entend pas de cette oreille : "Aujourd’hui c’est le bruit des vaches, demain ce sera le bruit des marmottes. Il ne faut pas exagérer", s’impatiente-t-il. On est en montagne. Moi quand je vais à Paris je ne demande pas qu’on arrête le bruit du métro." D’autant que les animaux d’alpage permettent de débroussailler des hectares de pâturage à peu de frais. Même son de cloche du côté de l’alpagiste, qui affirme que les clarines attachées aux cous de ses animaux ne sont pas purement décoratives : "Les cloches, ça sert à savoir où elles sont en permanence", explique-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un vache avec sa cloche au cou dans un pâturage des Alpes près de Berne (Suisse) le 29 juillet 2009.
Un vache avec sa cloche au cou dans un pâturage des Alpes près de Berne (Suisse) le 29 juillet 2009. ( MAXPPP)