Agriculture : des farines d’insectes pour nourrir certains animaux d’élevage

La culture d’insectes pourrait sauver les poissons sauvages. Dans la Somme, un complexe géant de farine d’insectes, qui remplace la farine de poisson destinée à l'alimentation des animaux d'élevage, vient d’ouvrir. 

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Sur les étals des poissonniers, on peut désormais trouver des truites nourries aux insectes. Les consommateurs sont un peu perplexes, mais se disent prêts à essayer. Aujourd’hui, l’aquaculture utilise essentiellement des farines de poissons sauvages : 20% de la pêche mondiale y est consacrée. Les remplacer par des farines d’insectes permettrait de limiter la surpêche. "C’est une démarche pérenne. Si l’on ne fait pas ça, à terme, on ne vendra plus de poisson", explique Olivier Vandebeulque, chef de groupe Marée chez Auchan. 

La France, pays précurseur 

Ces farines d’insectes se présentent sous forme de poudre ou granulés. L’Union européenne autorise depuis trois ans leur utilisation pour nourrir certains animaux d’élevage, notamment les volailles et les poissons. Dans cette filière agricole en plein essor, la France fait office de précurseur. Dans la Somme, le plus grand élevage d’insectes du monde vient d’ouvrir ces portes. L’usine de 25 000 mètres carrés a demandé 60 millions d’euros d’investissement. Pas besoin d’eau ni de grands espaces pour élever les larves de mouches, elles se contentent de produits végétaux issues des fermes voisines. Elles sont ensuite broyées pour faire de la farine. 

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'écrasante majorité des poissons vendus en supermarché, comme le bar, est issue de pêche non durable.
L'écrasante majorité des poissons vendus en supermarché, comme le bar, est issue de pêche non durable. (FRED TANNEAU / AFP)