Les grands dossiers qui attendent Myriam El Khomri au ministère du Travail

A 37 ans, Myriam El Khomri vient d'être nommée ministre du Travail. Un poste stratégique où elle va devoir se pencher sur des dossiers clefs pour le gouvernement : l'inversion de la courbe du chômage ou la réforme du droit du travail.

(Myriam El Khomri en mars 2015 à Matignon © Maxppp)

Dès sa prise de fonction ce mercredi après-midi, la nouvelle ministre du Travail Myriam El Khomri va devoir se pencher sur des dossiers particulièrement importants et symboliques pour le gouvernement. 

A LIRE AUSSI >  Myriam El Khomri, la nouvelle ministre du Travail

L'inversion de la courbe du chômage Faire reculer le chômage est le dossier emblématique qui trône sur le bureau de Myriam El Khomri. François Hollande l'a assuré, faute de résultats dans ce domaine, il ne se représentera pas en 2017. Le nombre de demandeurs d'emploi reste pourtant à un niveau record : plus de 3,5 millions de personnes malgré une très légère baisse en juillet. L'embellie va-t-elle se poursuivre ? L'ancien ministre du Travail, François Rebsamen, promettait une stabilisation du chômage d'ici à la fin de l'année 2015. 

Tous ces enjeux Myriam El Khomri en a bien conscience. "Mon cap est clair, a-t-elle déclaré rue de Grenelle lors de la passation de pouvoir. L'emploi est la priorité de ce gouvernement."

"Vous pouvez compter sur ma détermination et ma combativité" Myriam El Khomri, ministre du Travail
--'--
--'--

Pour Véronique Descacq de la CFDT : "il faut maintenant insister pour la mise en oeuvre du 'pacte de responsabilité' par les entreprises et les branches professionnelles, que les entreprises jouent le jeu [...] et investissent." 

"Tout le travail du ministre est de ramener vers l'emploi tous ces citoyens" Véronique Descacq de la CFDT
--'--
--'--

Myriam El Khomri devrait se rendre dès la fin de la passation de pouvoir ce mercredi après midi, dans une agence Pôle emploi en région parisienne.

 La réforme du droit du travail Autre chantier colossal qui attend la nouvelle ministre : la réforme du droit du travail. Un rapport sur le sujet est attendu en septembre. Il s'agirait de donner plus de poids aux accords conclus entre le patronat et les syndicats. Ces accords d'entreprises ou de branches pourraient ainsi déroger à la loi. 

Les régimes de retraites complémentaires Cet automne, Myriam El Khomri devra aussi se pencher sur les régimes de retraite complémentaire. Pour rétablir les finances de l'AGIRC et de l'ARRCO, le Medef propose une solution choc : plus on partirait en retraite tôt, plus la pension serait réduite. Une idée inacceptable pour les syndicats. Les discussions doivent reprendre à la mi-octobre.