Légère hausse de 0,3% du nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A en juin

Il s’établit désormais à 3,398 millions, soit 9 400 demandeurs d'emploi supplémentaires par rapport à mai, selon le ministère du Travail, qui se base sur les chiffres de Pôle emploi.

Des demandeurs d\'emploi consultent des annonces dans une agence Pôle emploi, à Lens (Pas-de-Calais), le 17 avril 2014. 
Des demandeurs d'emploi consultent des annonces dans une agence Pôle emploi, à Lens (Pas-de-Calais), le 17 avril 2014.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Le chômage augmente pour le 8e mois consécutif. En juin, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A a augmenté de 0,3% par rapport au mois précédent. Il s’établit désormais à 3,398 millions, soit 9 400 demandeurs d'emploi supplémentaires. Sur un an, ce chiffre croît de 4%, indique la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), dans son communiqué mensuel, publié vendredi 25 juillet. 

Pour les inscrits à Pôle emploi ayant ou non travaillé dans le mois (catégories A, B et C), l’évolution est de +0,5%. Leur nombre "s'établit à 5 043 200 en France métropolitaine fin juin 2014 (5 343 100 en France y compris Dom). Ce nombre est en hausse de 0,5 % (+23 000) au mois de juin." Sur un an, il augmente de 5,1 %, poursuit la Dares. Selon le ministère du Travail, "ces chiffres confirment une reprise fragile au second trimestre 2014, en ligne avec les prévisions de croissance pour le premier semestre de l’Insee", décrypte-t-il dans un communiqué.

Seul le chômage des moins de 25 ans (catégorie A) baisse

Selon les chiffres de Pôle emploi, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A de moins de 25 ans baisse de 0,3 % en juin, soit 1 400 personnes de moins (-3,1 % sur un an). Pour le ministère du Travail, cela confirme "une tendance débutée au deuxième semestre 2013."

"La situation des seniors continue, en revanche, à se dégrader malgré une évolution mensuelle moyenne moindre au second trimestre 2014", poursuit le ministère. Si le nombre de ceux âgés de 25 à 49 ans augmente de 0,2 % (+3,3 % sur un an), détaille la Dares, celui des 50 ans ou plus s’accroît de 0,9 % (+11,5 % sur un an).

Le gouvernement maintient sa feuille de route 

Concédant que "ces chiffres sont évidemment trop importants pour les citoyens touchés par le chômage, soit pour eux-mêmes, soit pour leurs proches", le ministère assure que "les efforts que le gouvernement déploie depuis deux ans ont permis de contenir la progression" du chômage.

"La mobilisation des acteurs autour des outils mis en place pour le Gouvernement doit continuer et s'amplifier, en particulier autour du Pacte de responsabilité et de solidarité", poursuit le communiqué. La publication de ces chiffres intervient en effet deux jours après l'adoption de ces premières mesures, présentées par le gouvernement comme sa principale arme pour enrayer un chômage record.

Le gouvernement prévoit 40 milliards d'euros d'allègement du coût du travail en échange de négociations dans les branches professionnelles sur l'emploi, la formation et l'investissement. Il "va donner une nouvelle impulsion, une nouvelle accélération", a insisté le président François Hollande lors de son entretien télévisé du 14 juillet. Un seul accord a cependant  été signé, la semaine dernière, dans l'industrie chimique, prévoyant la création de 47 000 emplois d'ici à 2017. 

Selon une étude de l'Ifrap (fondation libérale) publiée le week-end dernier, hors Crédit d'impôt compétitivité emploi (Cice), le pacte créera 80 000 emplois au maximum d'ici 2017. Le gouvernement mise sur 200 000, plus 300 000 grâce au Cice.