La caissière licenciée pour avoir volé une viennoiserie obtient réparation

Les prud'hommes lui ont accordé 8 800 euros de dommages et intérêts pour licenciement abusif. La jeune femme, âgée de 27 ans, avait reçu sa lettre de licenciement le 11 septembre 2012, un peu plus d'un mois après les faits.

Une employée d\'un Lidl de Nancy (Meurthe-et-Moselle) a été dédommagée, le 17 octobre 2014, après avoir été licenciée pour avoir volé – selon la direction – une viennoiserie, en 2012.
Une employée d'un Lidl de Nancy (Meurthe-et-Moselle) a été dédommagée, le 17 octobre 2014, après avoir été licenciée pour avoir volé – selon la direction – une viennoiserie, en 2012. (STÉPHANE OUZOUNOFF / AFP)

Une ancienne caissière d'un supermarché de Nancy (Meurthe-et-Moselle), qui avait été licenciée en 2012 pour avoir – selon la direction – volé un pain au chocolat d'une valeur de 0,39 euro, a obtenu 8 800 euros de dommages et intérêts pour licenciement abusif par le Conseil de prud'hommes de cette ville. L'ex-caissière contestait avoir volé les viennoiseries, alors que le groupe Lidl affirmait qu'elle avait consommé un pain au chocolat à deux reprises, sans les enregistrer en caisse.

Un vol qui n'est "pas avéré", selon les prud'hommes

La jeune femme, âgée de 27 ans, avait reçu sa lettre de licenciement le 11 septembre 2012, un peu plus d'un mois après la commission supposée des faits. "Dans leur jugement, les conseillers prud'homaux ont considéré que le vol n'était pas avéré, puisque les attestations fournies par Lidl ne sont pas suffisamment probantes", a expliqué l'avocat de l'ancienne salariée, Me Florence Alexis.

La juridiction prud'homale a également condamné l'enseigne pour avoir fait enchaîner à son ancienne caissière une quarantaine de contrats à durée déterminée pendant deux ans avant son embauche en CDI, en 2010. L'avocat du supermarché n'a pas pu être joint par l'AFP pour commenter ces décisions.