VIDEO. Conférence sociale : le dialogue social "est interrompu mais pas rompu", selon FO

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de l'organisation syndicale, qui boycotte comme la CGT mardi le second jour de ce grand rendez-vous organisé par François Hollande, s'est expliqué sur France 2.

FRANCE 2

En décidant de quitter la conférence sociale, Force ouvrière a voulu "marquer le coup" et dénoncer le "drôle de chemin" pris par le gouvernement, a expliqué, mardi 8 juillet, sur France 2, le secrétaire général du syndicat, Jean-Claude Mailly. Pour lui, le dialogue social est "interrompu" mais "pas rompu".

La conférence sociale, "cette espèce de grand-messe, c'était comme un emblème pour le pouvoir actuel. Et bien là, l'emblème en a pris un coup", a-t-il déclaré, sur le plateau des "4 Vérités". Comme la CGT, FO a décidé, lundi, de ne pas assister au second jour de la conférence sociale réunissant gouvernement et partenaires sociaux.

"Décider sans dialoguer, c'est du cinéma"

"On a voulu dire : 'Attention, vous prenez un drôle de chemin, un chemin qui est dangereux pour l'économie, pour le social, et pour la démocratie, ça s'appelle l'austérité'", a expliqué Jean-Claude Mailly.

La conférence sociale est un "grand exercice de dialogue social", mais "nous parler de dialogue social, quand un gouvernement décide sans dialoguer, ça s'appelle du cinéma", a-t-il martelé, en évoquant les "déclarations intempestives du Premier ministre" Manuel Valls sur le report du compte pénibilité.

Le secrétaire général de France 2, Jean-Claude Mailly, sur le plateau de France 2, le 8 juillet 2014, à Paris.
Le secrétaire général de France 2, Jean-Claude Mailly, sur le plateau de France 2, le 8 juillet 2014, à Paris. ( FRANCE 2 / FRANCETV INFO)