Réforme de l'assurance-chômage : "C'est une véritable guerre sociale" que le gouvernement a "décidé de mener", fustige Fabien Roussel, secrétaire national du PCF

Publié
Durée de la vidéo : 9 min
Réforme de l'assurance-chômage : "C'est une véritable guerre sociale" que le gouvernement a "décidé de mener", fustige Fabien Roussel, secrétaire national du PCF
Réforme de l'assurance-chômage : "C'est une véritable guerre sociale" que le gouvernement a "décidé de mener", fustige Fabien Roussel, secrétaire national du PCF Réforme de l'assurance-chômage : "C'est une véritable guerre sociale" que le gouvernement a "décidé de mener", fustige Fabien Roussel, secrétaire national du PCF (France 2)
Article rédigé par France 2 - T. Sotto
France Télévisions
Fabien Roussel, député Parti communiste français (PCF) du Nord et secrétaire national du parti, était l'invité des "4 Vérités" sur France 2, mardi 2 avril.

Le Premier ministre a promis, lors d'un entretien sur TF1 le 27 mars, une réforme de l'assurance-chômage dès 2024, avec une entrée en vigueur à l'automne. Gabriel Attal a notamment évoqué l'idée de passer de 18 à 12 mois d'indemnisation, ainsi que celle d'un durcissement des règles pour le chômage des seniors.

"Je remarque que le gouvernement fait le choix de s'attaquer aux chômeurs plutôt que de s'attaquer au chômage. C'est une véritable guerre sociale qu'ils ont décidé de mener", tance Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), dans les "4 Vérités" sur France 2, mardi 2 avril.

"Les gens ne s'en sortent plus"

"Ce que je veux d'abord, c'est que quelqu'un qui travaille, et qui travaille dur, soit payé à la hauteur de la sueur qu'il met dans son travail. (...) Or aujourd'hui, entre les factures d'électricité, le coût de la santé, des transports, du panier pour manger, les gens ne s'en sortent plus", affirme le député PCF du Nord, ajoutant que "c'est là" où le gouvernement "mène une guerre sociale".

"Et c'est là où je crie à l'escroquerie, parce qu'ils nous mentent, en fait. Quand ils nous disent : 'Il faut faire des efforts, serrez-vous la ceinture', c'est faux. En même temps, il y a 67 milliards d'euros de dividendes qui ont été versés, encore une fois, au 1% des foyers fiscaux les plus riches de notre pays", dénonce Fabien Roussel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.