Pôle emploi pourrait supprimer 4 000 postes d'agents

La baisse du chômage en France pourrait inciter Pôle emploi à tailler dans ses effectifs, selon des informations recueillies par le "JDD", dimanche 6 mai.

Un homme sort d\'un bureau Pôle emploi à Nantes (Loire-Atlantique), le 15 janvier 2018.
Un homme sort d'un bureau Pôle emploi à Nantes (Loire-Atlantique), le 15 janvier 2018. (LOIC VENANCE / AFP)

La reprise de la croissance et la baisse du chômage pourraient bien faire des victimes collatérales inattendues. Selon le JDD, 4 000 des 55 800 postes d'agents de Pôle emploi pourraient être supprimés dans les trois ans à venir. Ce qui représente plus de 7% de l'effectif total. Ce projet d'envergure, "Jean Bassères, le directeur général, l'a confirmé voilà trois semaines lors d'une convention managériale", rapporte le journal. Ce chiffre  pourrait même être revu à la hausse. Il devrait s'agir de départs en retraite ou de postes laissés vacants après des démissions qui ne seraient pas remplacés.

Un "dégraissage surréaliste"

Pour le gouvernement, l'amélioration du marché de l'emploi ne nécessiterait pas le maintien d'un nombre aussi important de conseillers. Aucune décision n'a été prise, assure de son côté la direction de Pôle emploi. "Cette question devra être abordée dans un contexte qui prend en compte les nouvelles charges pesant sur Pôle emploi", explique la direction de l'établissement public. 

S'il se confirmait, ce "dégraissage" serait en tout cas "surréaliste", selon David Vallaperta, élu CFDT au comité central d'entreprise, qui pointe la charge de travail importante pesant sur les agents. Au premier trimestre 2018, 5,62 millions de personnes étaient inscrites à Pôle emploi en France métropolitaine.