Pas-de-Calais : entre émotion et colère après l’annonce de la fermeture de l’usine Bridgestone

La fermeture annoncée de l’usine Bridgestone de Béthune (Pas-de-Calais) est devenue un symbole de la crise économique qui touche la France. Depuis mercredi 16 septembre, tous les habitants sont solidaires des 863 salariés.

France 3

Entre Béthune (Pas-de-Calais) et l’entreprise Bridgestone, l’aventure a débuté en 1961. Elle s’est arrêtée avec l’annonce, mercredi 16 septembre, du licenciement des 863 salariés de l’usine. Toute la ville a plongé dans l’angoisse. “Ce n’est pas une petite boutique qui s’apprête à fermer. 900 emplois ça va se répercuter sur des dizaines et des dizaines de famille”, commente, Pierre Boclet serveur.

“Désertification industrielle”

“Pour la ville, pour la région, c’est catastrophique”, confirme une Béthunoise. “On a été très choqué”, témoigne un couple. La disparition programmée de ce site est une perte colossale, dans ce bassin minier qui a connu beaucoup de fermetures d’usines “Sur nos territoires, on a vécu, depuis deux ou trois décennies une forme de désertification industrielle qui continue encore avec ce symbole Bridgestone qui s’en va”, rappelle Olivier Gacquerre, maire UDI. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Devant le siège social de Bridgestone à Tokyo au Japon, le 17 février 2015 (photo d\'illustration).
Devant le siège social de Bridgestone à Tokyo au Japon, le 17 février 2015 (photo d'illustration). (KAZUHIRO NOGI / AFP)