Cet article date de plus de trois ans.

"On a, sans le vouloir, réinventé les journaliers" : la ministre du Travail déplore le recours aux CDD de plus en courts

En 2017, 20% des contrats en CDD ont duré une journée seulement. Une pratique en hausse, dénoncée mardi par Muriel Pénicaud. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les CDD très courts ont fortement progressé en 2017 (illustration). (SEBASTIEN JARRY / MAXPPP)

Le recours aux contrats à durée déterminée (CDD) très courts ne cesse d'augmenter, selon un constat du ministère du Travail, à l'occasion mardi 11 septembre de la publication de nouvelles données. Ainsi, 20% des CDD signés l'an passé ont concerné un contrat d'une seule journée. 

Croissance des CDD d'une durée de plus en courte - un reportage de Sarah Lemoine
écouter

On savait déjà que les CDD représentaient près de 90% des embauches et que ces contrats étaient de plus en plus courts. On sait désormais que, l'an dernier, deux CDD sur dix ont duré seulement une journée. "Le fait majeur, c’est la progression majeure, très forte, des contrats très courts. On voit même que les contrats d’un jour deviennent très nombreux, a dénoncé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. On a, sans le vouloir, réinventé les journaliers." Ce travail à la tâche concerne notamment les jeunes, les femmes et les plus de 55 ans. 

Le contrat d'usage au banc des accusés

Pour Xavier Timbeau, économiste à l'Office français des conjonctures économiques (OFCE), l'émergence de cette ultra-précarité est en partie liée à l'assouplissement des règles d'utilisation des CDD depuis des années. Cet expert pointe en particulier le CDD d'usage, permis dans une trentaine de secteurs, dont les services à la personne, la restauration ou encore les agences de voyage. "C’est un contrat à durée déterminée qui est hors de toute réglementation, estime Xavier Timbeau. C’est-à-dire qu’on peut renouveler le contrat autant de fois qu’on veut, la durée du contrat est totalement libre."

Cela a probablement généré l’emploi à la journée, le travail pratiquement à la tâche, des conditions d’emploi qui nous ramènent au XIXe siècle.

Xavier Timbeau, économiste à l'OFCE

à franceinfo

Ces missions ultra-courtes, ces extras, "ont quelque chose d’assez effrayant qui ne fait pas honneur à la social-démocratie", selon l'économiste, alors que la lutte contre la précarité figure parmi les enjeux de la prochaine réforme de l'assurance chômage.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chômage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.