Notre-Dame : plusieurs licenciements en conséquence de l'incendie

La fermeture de Notre-Dame aux visiteurs depuis l'incendie d'avril 2019 a engendré une baisse de l'activité dans le quartier, avec comme conséquence plusieurs licenciements chez les commerçants et au sein du diocèse.

france 3

Paris sans Notre-Dame. Depuis l'incendie du mois d'avril 2019, les touristes sont privés de la visite du monument, qui avait enregistré 14 millions de visiteurs en 2018. Mais c'est tout le quartier de l'île de la Cité qui est touché, avec un ralentissement général de l'activité économique. "Il y a les engins, on ne peut pas s'en approcher", regrette une visiteuse, qui ne peut prendre de photos qu'à travers des grilles.

"Il n'y avait plus d'argent"

De plus, certains salariés ont perdu leur emploi, à commencer par ceux qui travaillaient dans la cathédrale. Après l'incendie, le diocèse les avait transférés dans une église parisienne, ils étaient une soixantaine. Mais en octobre 2019, 38 ont été licenciés. "J'ai été vraiment obligé de les mettre au chômage parce qu'il n'y avait plus d'argent", regrette Mgr Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Dans un restaurant à deux pas de l'édifice, le patron a été obligé de se séparer de certains employés, lui aussi.

Le JT
Les autres sujets du JT
La cathédrale Notre-Dame de Paris, le 4 septembre 2019.
La cathédrale Notre-Dame de Paris, le 4 septembre 2019. (JULIETTE AVICE / HANS LUCAS / AFP)