Coronavirus : le chômage en forte hausse chez les intérimaires

Conséquence de l'épidémie de coronavirus, le secteur de l'événementiel est l'un des secteurs les plus touchés par la hausse du chômage. Une situation qui pourrait perdurer, puisque la reprise ne devrait pas avoir lieu avant le début de l'année prochaine. 

France 2

Christopher Aznar monte des scènes de spectacles, de conférences ou des installations sonores, mais depuis mars, il peine à trouver du travail. Comme l'explique Joris Pierrot, le directeur de l'agence dans laquelle se rend ce Parisien de 33 ans, les agences d'intérim ne proposent, actuellement que très peu de missions dans l'événementiel. "C'est pas la période en ce moment. Juillet est d'habitude assez dynamique sauf que là avec le confinement, le corona et toutes les mesures sanitaires tous nos clients ont stoppé net leurs prestations". Selon lui, la reprise du secteur n'aura pas lieu avant janvier 2021. Et en attendant, il peine à faire travailler sa centaine d'intérimaires réguliers. 

Des revenus de plus en plus faibles


Au total, 320 000 emplois intérimaires ont été détruits depuis mars, en France. Christopher, par exemple, n'a travaillé qu'une vingtaine d'heures le mois dernier. "En juin 2020, je suis à 456,52 net alors qu'en octobre 2019, je suis à 2 340 euros net". Comment fait-il pour vivre avec moins de 500 euros par mois ? Il se contente "d'acheter le nécessaire pour vivre" et ne sort plus. Sacha Martin travaille dans le même secteur que Christopher, et il est confronté aux mêmes difficultés. Il n'a effectué que trois missions depuis le déconfinement et ses allocations chômage se terminent le mois prochain. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Une agence Pôle Emploi, à Paris, le 25 juillet 2020.
Une agence Pôle Emploi, à Paris, le 25 juillet 2020. (HUGO PASSARELLO LUNA / HANS LUCAS / AFP)