Chômage : la dégressivité des allocations, la fausse bonne idée du gouvernement

Parmi les pistes de réformes envisagées par le gouvernement, la dégressivité du montant des allocations chômage. Est-ce une si bonne idée ? L'analyse de Margaux Manière. 

France 2

La dégressivité du montant des allocations chômage est une des pistes de réforme régulièrement envisagée par le gouvernement. Est-ce un facteur qui permet un retour à l'emploi ? Comme le rapporte Margaux Manière sur le plateau de France 2, selon l'OFCE, réduire les allocations ne permet pas de retrouver un emploi plus rapidement. "Ce serait donc inefficace selon l'étude", explique la journaliste. 

Jusqu'à 36 mois d'indemnisation pour les plus de 55 ans

"On l'a tous oublié, mais la dégressivité a déjà été mise en place en France dans les années 90", rappelle Margaux Manière. Un bilan a été effectué par l'INSEE : le taux de retour à l'emploi était plus élevé avant la mise en place du dispositif. Le système français est-il plus généreux qu'ailleurs en Europe ? "Sur le papier, oui, rapporte la journaliste. Selon l'UNEDIC et ses chiffres de janvier 2017, concernant la durée d'indemnisation, seule la Belgique fait mieux, avec une indemnisation en principe illimitée. "En France, c'est jusqu'à 36 mois d'indemnisation pour les plus de 55 ans, bien loin de la Grande-Bretagne et ses six mois, compare la journaliste. En termes de montant d'indemnisation, la France est même championne d'Europe avec 7 350 euros maximums par mois, contre 2 620 euros en Allemagne, et 1 300 en Italie". Des chiffres qu'il faut toutefois relativiser, car en France, seulement 2,4% des allocataires touchent plus de 3 000 euros par mois.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Des demandeurs d\'emploi attendent à un stand de Pôle Emploi, le 7 mars 2018, lors d\'un forum organisé par le Medef.  
Des demandeurs d'emploi attendent à un stand de Pôle Emploi, le 7 mars 2018, lors d'un forum organisé par le Medef.   (GERARD JULIEN / AFP)