Chômage : le nombre de demandeurs d'emploi quasi-stable en juillet (-0,1%)

On compte 1 900 demandeurs d'emploi de moins par rapport à juin. "Après un net ralentissement des nouveaux inscrits début 2015, on enregistre depuis deux mois une stabilisation du nombre de demandeurs d’emploi", commente le gouvernement.

Une demandeuse d\'emploi dans l\'entreprise d\'entraînement pedagogique Candelia, société factice qui permet à des demandeurs d\'emploi de se former dans des conditions réelles, le 20 juillet 2015.
Une demandeuse d'emploi dans l'entreprise d'entraînement pedagogique Candelia, société factice qui permet à des demandeurs d'emploi de se former dans des conditions réelles, le 20 juillet 2015. (MAXPPP)

Un chômage quasi-stable. Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi au mois de juillet en catégorie A (c'est-à-dire sans aucune activité dans le mois) est quasi-stable par rapport au mois de juin : la baisse enregistrée est de -0,1%, soit 1 900 personnes de moins. "Après un net ralentissement des nouveaux inscrits début 2015, on enregistre depuis deux mois une stabilisation du nombre de demandeurs d’emploi", commente le gouvernement. 

En ajoutant l'Outre-mer, à la fin du mois dernier, plus de 3,8 millions de personnes pointaient à Pôle emploi en catégorie A (sans aucune activité), un chiffre flirtant avec le record absolu atteint en juin.

"La mobilisation du gouvernement va se poursuivre"

Le ministre du Travail, François Rebsamen, qui devrait être remplacé dans les prochains jours pour retrouver son fauteuil de maire de Dijon, s'est "réjoui plus particulièrement" de la baisse du nombre de moins de 25 ans recensés en catégorie A. De l'autre côté de la pyramide des âges, les chiffres restent toutefois très alarmants : pour les plus de 50 ans, la hausse atteint 0,7% en juillet, 8,3% sur un an.

Si on inclut les chômeurs ayant exercé une petite activité, la tendance globale est également toujours à la hausse en juillet (+0,3% en juillet, +6,6% sur un an, 5,41 millions au total). François Rebsamen assure que "la mobilisation du gouvernement va se poursuivre", en particulier avec le pacte de responsabilité, qui prévoit 41 milliards d'euros d'aides pour les entreprises jusqu'en 2017. Tout en faisant un appel du pied aux patrons : "L'engagement de tous, et en particulier celui des entreprises qui bénéficient de l'effort de la Nation, reste plus que jamais nécessaire afin que le chômage recule durablement", insiste-t-il.