Cet article date de plus de cinq ans.

Baisse du chômage : un bon chiffre qui en cache de très mauvais

Le nombre de demandeurs d'emploi n'ayant aucune activité a baissé de 0,5% en janvier, selon les chiffres publiés mercredi par le ministère du Travail. Mais derrière cette baisse, plusieurs indicateurs restent dans le rouge.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le stand Pôle emploi au salon des entrepreneurs, le 5 février 2015 à Paris. (MAXPPP)

C'est une bonne nouvelle : le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a baissé de 0,5% au mois de janvier, soit 19 100 personnes de moins, selon les chiffres publiés par le ministère du Travail, mercredi 25 février. "Du jamais-vu depuis sept ans", souligne jeudi matin Le Figaro. "Il faut rester prudent, et observer dans la durée les évolutions mensuelles", temporise pourtant le ministre du Travail, François Rebsamen. Et pour cause : derrière cette baisse, plusieurs indicateurs restent dans le rouge.

Toutes catégories confondues, le chômage augmente

Si le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A – ceux qui n'ont aucune activité – baisse, celui des autres catégories – qui regroupent les chômeurs ayant une activité réduite – continue d'augmenter.

Résultat : toutes catégories confondues, le chômage grimpe de 0,3% en janvier, et concerne désormais 5,23 millions de personnes. Sur un an, la hausse s'élève ainsi à 6,2% (+303 200 chômeurs).

La situation des seniors continue de s'aggraver

Dans le détail, François Rebsamen souligne que la baisse du nombre de demandeurs d'emploi en janvier "concerne plus particulièrement les jeunes, qui n'avaient plus connu une telle diminution depuis plus d'un an".

Mais, à l'inverse, le chômage des seniors continue de s'aggraver : en catégories A, B et C, il y a 6 900 demandeurs d'emploi de plus de 50 ans supplémentaires, soit une hausse de 0,6% sur un mois, et de 9,9% sur un an.

Les chômeurs de longue durée sont plus nombreux

Autre mauvaise nouvelle : le chômage de longue durée continue, lui aussi, de s'aggraver. Le nombre de demandeurs d'emploi référerencés auprès de Pôle emploi depuis plus d'un an augmente ainsi de 0,7% en janvier (et de 9,3% sur un an), tandis que celui des chômeurs inscrits depuis plus de trois ans progresse de 1,3% (et de 18,7% sur un an).

Et leur situation est loin d'être un détail : les chômeurs inscrits depuis plus d'un an représentent 43,3% de l'ensemble des demandeurs d'emploi. Du jamais-vu dans les statistiques de Pôle emploi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.