Assurance-chômage : le RN "heureux" après la suspension de la mise en œuvre de la réforme, Gabriel Attal a "entendu les Français", réagit le PS

Le chef du gouvernement avait "imaginé" cette réforme "parce qu'il pensait à l'époque séduire l'électorat de M. Tanguy", a ajouté Olivier Faure, premier secrétaire du PS, lundi sur franceinfo.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Jean-Philippe Tanguy, député et membre du bureau national du RN, face à Olivier Faure, premier secrétaire du PS, lundi 1er juillet 2024 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Au lendemain du premier tour des législatives, une décision du Premier ministre met le Parti socialiste (PS) et le Rassemblement national (RN) d'accord : la suspension de la mise en œuvre de la réforme de l'assurance-chômage. "J'en suis très heureux, c'est une victoire pour le peuple français", réagit lundi 1er juillet sur franceinfo Jean-Philippe Tanguy, membre du bureau national du RN, invité pour débattre avec Olivier Faure. "Je suis sensible au fait qu'il [Gabriel Attal] ait entendu que les Français étaient violemment opposés à cette réforme", déclare de son côté le premier secrétaire du PS. "Heureusement", ajoute-t-il.

Le consensus s'arrête là. Le chef du gouvernement avait "imaginé" cette réforme "parce qu'il pensait à l'époque séduire l'électorat de M. Tanguy", attaque Olivier Faure, réélu député de la 11e circonscription de Seine-et-Marne dès dimanche soir. Cette proposition est intervenue "après des années pendant lesquelles l'extrême droite a expliqué que toutes celles et ceux qui aujourd'hui vivent difficilement, avec des revenus de solidarité, étaient dans l'assistanat", une "expression venue de l'extrême droite".

"Nous sommes très loin devant chez les ouvriers, nous sommes très loin devant chez les employés. Nous sommes aussi loin devant chez les personnes qui, malheureusement, se trouvent au chômage", rétorque Jean-Philippe Tanguy, qui a manqué de peu d'être réélu dès le premier tour dans la 4e circonscription de la Somme (49,62%). Lui aimerait aussi que Gabriel Attal "annule la hausse de facture du gaz", qui augmente en moyenne de 11,7% pour des millions de Français à partir de lundi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.