Ascoval : un nouveau repreneur en difficulté financière

Alors que la reprise de l’aciérie vient tout juste d’être décidée, le groupe British Steel a fait savoir qu’il avait besoin d’argent. Les salariés de l’entreprise ont déjà connu ce scénario avec l’ancien repreneur.

France 3

La nouvelle fait la Une des journaux britanniques. Le numéro 2 de l’acier outre-Manche, British Steel, repreneur de l’aciérie française Ascoval, serait au bord de la faillite. Il négocierait une aide financière du gouvernement : 86 millions d’euros. Un coup de tonnerre qui résonne jusque dans le nord de la France. Chez Ascoval, les salariés accusent le coup. "C’est quelque chose que l’on n’avait pas du tout envisagé, explique Bruno Kopczinski, porte-parole de l’intersyndicale Ascoval. C’est même pire qu’un cauchemar. On est en train de se dire qu’on se fait sacrifier."

British Steel assure "respecter tous ses engagements"

Le mois dernier, le ministre de l'Économie, Bruno le Maire, s'était déplacé en personne à Saint-Saulve (Nord) pour annoncer aux salariés que leur usine était sauvée. "C'est une jolie fin, disait-il face aux salariés. Et ça arrive suffisamment rarement pour que ce soit souligné." British Steel devait officiellement prendre possession de l'aciérie mercredi 15 mai. La survie d'Ascoval pourrait de nouveau être remise en cause. Dans un communiqué, British Steel a toutefois assuré "respecter tous ses engagements".

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'acierie Ascoval à Saint-Saulve (Nord) reprise par British Steel. Une entreprise britannique qui connait des difficultés financières. 
L'acierie Ascoval à Saint-Saulve (Nord) reprise par British Steel. Une entreprise britannique qui connait des difficultés financières.  (AUDREY MORELLATO / RADIO FRANCE)