Les accidents du travail en hausse de 2,9% en 2018, annonce l'Assurance maladie

Le nombre d'accidents de trajet a notamment bondi de 6,9% par rapport à 2017. Selon l'Assurance maladie, les "conditions météorologiques" seraient en cause.

L\'entrée des locaux de l\'Assurance maladie à Lorient (Morbihan), le 13 août 2019. 
L'entrée des locaux de l'Assurance maladie à Lorient (Morbihan), le 13 août 2019.  (MAUD DUPUY / HANS LUCAS / AFP)

Le nombre d'accidents du travail a augmenté de 2,9% en 2018, "avec 651 103 nouveaux sinistres reconnus", a annoncé, mardi 3 décembre, l'Assurance maladie. L'organisme estime que "la reprise économique explique en grande partie cette tendance à la hausse". Mais "la fréquence des accidents du travail reste stabilisée à un niveau historiquement bas, autour de 34 accidents du travail pour 1 000 salariés depuis 5 ans, alors qu'elle était à 45 accidents pour 1 000 salariés il y a 20 ans", souligne l'Assurance maladie dans un communiqué.

Si "tous les secteurs participent à l'augmentation du nombre d'accidents du travail", la hausse est "plus forte dans les activités de service dont l'intérim et l'aide et soins à la personne (+5%)", devant les industries du bois, de l'ameublement, du papier-carton (+4,5%), selon elle. Le nombre d'accidents de trajet a bondi l'an dernier, grimpant de 6,9% par rapport à 2017. Ce sont les "conditions météorologiques" qui ont provoqué cette hausse, "concentrée sur les mois d'hiver et les régions les plus touchées par les intempéries", explique l'Assurance maladie.

"Après trois années de baisse", le nombre des maladies professionnelles nouvellement reconnues a augmenté de 2,1% en 2018, "avec 49 538 cas reconnus". Cette progression "est liée à celle des troubles musculo-squelettiques (TMS)", en hausse de 2,7% et qui représentent 88% de l'ensemble de ces maladies. Bondissant de 23%, les affections psychiques liées au travail "continuent leur hausse avec 990 cas reconnus (soit environ 200 de plus qu'en 2017)", tandis qu'il y a eu 1 800 cas reconnus de cancers professionnels en 2018, un nombre "stable depuis 2015".