INFO FRANCEINFO. "Cash Investigation" : plusieurs syndicats de Free se désolidarisent d'une lettre envoyée à Elise Lucet par des représentants du personnel

La CGT, FO, SUD, la CFDT, la CFE-CGC démentent être à l'origine d'une lettre envoyée par des élus du personnel à Elise Lucet. Ces derniers entendaient répondre aux révélations de l'émission "Cash Investigation" diffusée mardi. 

Capture d\'écran de l\'émission \"Cash Investigation\" du 26 septembre 2017, consacrée au monde du travail.
Capture d'écran de l'émission "Cash Investigation" du 26 septembre 2017, consacrée au monde du travail. (CASH INVESTIGATION / FRANCE 2)

C'est une lettre étrange transmise par des élus du personnel de Free à Elise Lucet et publiée sur le site Univers Free Box, jeudi 28 septembre. Ces derniers y répondent point par point aux interrogations soulevées par le numéro de "Cash Investigation" sur les conditions de travail des salariés de Free et sur les techniques managériales de la direction. La lettre prend ainsi à partie les témoins qui apparaissent dans le reportage en attaquant leur crédibilité et se termine par ces mots : "Quant à nous, nous allons davantage travailler, notre mission est d’honorer nos mandats et servir nos salariés, et non pas de faire couler notre entreprise."

Seulement, plusieurs syndicats de Free ne savent pas du tout d'où vient cette lettre et s'en démarquent, vendredi 29 septembre, en publiant un communiqué obtenu en exclusivité par franceinfo. "Cet article relaie une lettre sensément adressée à Madame Elise Lucet par les 'représentants du personnel de Free', sans qu’aucune signature claire ne soit apposée en fin de courrier, laissant ainsi supposer que cette lettre aurait été rédigée d’un commun accord par les organisations syndicales représentatives au sein du groupe Iliad", écrivent ainsi les syndicats FO, CGT, SUD et CFE-CGC. 

"Nous nous désolidarisons"

"Afin de lever toute ambiguïté, nous, tenons à préciser n’avoir été sollicités d’aucune manière préalablement à la rédaction de cette lettre, tant sur le fond que sur la forme, poursuivent ces syndicats. En conséquence, nous invitons chacun à assumer ses propos sans usage volontaire de termes flous pouvant laisser penser que toutes les organisations syndicales représentatives au sein du groupe Iliad cautionneraient les termes de ce courrier, dont nous nous désolidarisons", ajoutent-ils. 

Contacté par franceinfo, Patrick Mahé, le représentant de SUD ajoute que "cette lettre n'a aucune valeur". "On sait très bien qui est derrière, nous ne sommes pas dupes de la provocation", assure-t-il. Le syndicat réfléchit d'ailleurs "à des actions en justice".

Plus tard dans la journée, c'est au tour d'un autre syndicat, la CFDT, de se désolidariser de cette lettre. "Les sections CFDT de Free, ainsi que la Fédération CFDT F3C condamnent ce texte qui vise à discréditer l’enquête de France 2", est-il écrit. "Depuis de nombreuses années, la CFDT dénonce des conditions de travail très éloignées de la vision 'idyllique' mise en avant par les rédacteurs de cet article, rédacteurs qui prétendent, abusivement, s’exprimer au nom des 'syndicats majoritaires'", ajoute la CFDT.