AZF : l’épilogue 16 ans après le drame

Ce mardi 31 novembre après-midi marquera l’épilogue d’une bataille judiciaire de 16 ans : le troisième procès du drame AZF survenu en 2001 à Toulouse (Haute-Garonne). La pire catastrophe industrielle récente en France. 

FRANCE 3

C’est un procès qui s’est déroulé peu ou prou comme les deux précédents. Quatre mois et demi d’audience, mêmes témoins, mêmes experts, mêmes hypothèses. Mais quelques différences de taille ont pesé sur les débats, à commencer par le lieu des audiences : Paris. Un calvaire pour les victimes qui, pour la plupart, ont suivi le procès depuis Toulouse. "J’ai donné 13 ans de ma vie avec mon épouse, confie avec émotion une victime. À 85 ans, je dois monter à Paris ? Je n’y vois plus."

La piste terroriste relancée

Autre différence notable : le retour en force d’hypothèse que l’on croyait définitivement enterrée. Ce fut le cas de la piste terroriste. Depuis le premier procès en 2009, le contexte a changé. La défense, en citant comme témoin le juge antiterroriste et un spécialiste de l’islam, ne s’y est pas trompé. "Pendant des années, on nous a dit 'mais vous n’y pensez pas, ça n’existe pas'", rappelle Me Simon Foreman, avocat de la défense. On n’ose plus nous le dire aujourd’hui. C’est rentré dans l’ordre du possible."

Le JT
Les autres sujets du JT
Entrée de la salle d\'audience du procès de la catastrophe AZF à Toulouse, au Tribunal de grande instance de Paris, le 25 janvier 2017. 
Entrée de la salle d'audience du procès de la catastrophe AZF à Toulouse, au Tribunal de grande instance de Paris, le 25 janvier 2017.  (MAXPPP)