Procès AZF : l'ex-directeur condamné à quinze mois de prison avec sursis, amende maximale pour l'entreprise Grande Paroisse

La cour d'appel de Paris a rendu sa décision, mardi, seize ans après l'explosion meurtrière de l'usine chimique qui a fait 31 morts et 2 500 blessés à Toulouse. 

Entrée de la salle d\'audience du procès de la catastrophe AZF à Toulouse, au Tribunal de grande instance de Paris, le 25 janvier 2017. 
Entrée de la salle d'audience du procès de la catastrophe AZF à Toulouse, au Tribunal de grande instance de Paris, le 25 janvier 2017.  (MAXPPP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est l'épilogue de seize ans de bataille judiciaire. La cour d'appel de Paris a rendu sa décision, mardi 31 octobre, dans le procès AZF. Elle condamne l'ancien directeur du site à quinze mois de prison avec sursis pour "homicide involontaire". L'entreprise écope, elle, d'une amende maximale de 225 000 euros. La justice considère que Serge Biechlin, comme l'entreprise Grande Paroisse (filiale du groupe pétrolier Total), sont coupables de "négligences" et de "fautes caractérisées".  

Il s'agissait du troisième procès de ce qui est aujourd'hui considéré comme l'une des pires catastrophes industrielles françaises. En mai dernier, le parquet général avait requis trois ans de prison avec sursis et 45 000 euros d’amende contre Serge Biechlin. 

Vers un pourvoi en cassation

Il y a quinze ans, en setembre 2001, la ville de Toulouse était secouée par l'explosion d'un stock de nitrate d'ammonium dans l'usine d'AZF. La déflagration a tué 31 personnes et fait plus de 2 000 blessés.

L'avocat de l'ex-directeur Serge Biechlin et de l'entreprise Grande Paroisse a annoncé qu'ils allaient se pourvoir en cassation.