Suspension de l'âge pivot : quel enjeu pour Édouard Philippe ?

Alors que le Premier ministre est en première ligne dans les discussions avec les syndicats sur la réforme de la retraite, l'annonce de la suspension de l'âge pivot est un vrai tournant, selon Nathalie Saint-Cricq.

France 2

La lettre peut-elle changer le cours de cette crise ? Pour l'éditorialiste politique de France 2, ce recul sur l'âge pivot envoyé par courrier aux syndicats est en tout cas un vrai tournant. "On pourra toujours dire que cela s'est fait dans la douleur, que cela a pris du temps, mais sur le fond, chacun a fait un pas, un effort, pas de psychorigidité, pas de posture et puis finalement, il était logique que la CFDT, l'UNSA et l'exécutif trouvent un terrain d'entente. Je vous rappelle qu'ils sont à la base tous favorables au régime universel par points. Le principe des syndicats réformistes c'est le dialogue social, c'est d'améliorer les textes sans rejeter tout systématiquement", analyse Nathalie Saint-Cricq.

"Un risque calculé" pour Édouard Philippe

Le Premier ministre se trouve en première ligne dans ce bras de fer. "Il joue gros, mais c'est un risque qui est calculé (...) Ce que joue Édouard Philippe, c'est le retournement de l'opinion, en clair, que les Français se disent 'le gouvernement a fait un effort, il n'est plus justifié de continuer la grève'. Alors, petit bémol toutefois, il va se demander si l'électorat de droite qui soutient Emmanuel Macron, ne considère pas cela comme un recul", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre Edouard Philippe (au centre), entouré de la ministre de la Santé Agnès Buzyn (à gauche) et du secrétaire d\'Etat chargé des Retraites Laurent Pietraszewski (à droite), lors d\'une réunion avec les dirigeants syndicaux à Matignon à Paris, le 10 janvier 2020. 
Le Premier ministre Edouard Philippe (au centre), entouré de la ministre de la Santé Agnès Buzyn (à gauche) et du secrétaire d'Etat chargé des Retraites Laurent Pietraszewski (à droite), lors d'une réunion avec les dirigeants syndicaux à Matignon à Paris, le 10 janvier 2020.  (CHARLES PLATIAU / POOL / AFP)