Retraites : les frictions continuent au gouvernement

Mercredi 6 novembre, le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye s'est opposé à l'application de la "clause du grand-père". Jeudi, Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont exprimé leur colère lors du Conseil des ministres. 

France 3

Jeudi 7 novembre, une interview du haut-commissaire aux retraites met le feu aux poudres. Jean-Paul Delevoye s'oppose à la "clause du grand-père", le fait d'appliquer la nouvelle réforme uniquement aux nouveaux entrants dans le marché du travail. Cela impliquerait une renonciation à la réforme. "Or c'est une des pistes mises sur la table par le gouvernement", explique Julien Gasparutto en duplex de l'Élysée à Paris.

Un recadrage d'Emmanuel Macron

"Jeudi, à la sortie du conseil des ministres, Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, tente d'éteindre l'incendie en précisant que Jean-Paul Delevoye a simplement indiqué une préférence, qu'il n'y a pas de divergences au gouvernement et que toutes les options restent sur la table. En coulisses, au Conseil des ministres, le recadrage a été bien plus sévère. Emmanuel Macron s'exprime le premier 'je vous demande, dit-il, de ne pas expliquer dès maintenant ce que serait une bonne ou une mauvaise réforme'", rapporte Julien Gasparutto.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye à Matignon, le 5 septembre 2019.
Le Haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye à Matignon, le 5 septembre 2019. (BERTRAND GUAY / AFP)