"On ne réduira pas les dépenses publiques si on ne touche pas aux dépenses sociales"

Dans le Soir 3 mercredi 30 janvier, le journaliste Étienne Lefebvre et l'économiste Christophe Ramaux débattent de l'idée d'une baisse des impôts accompagnée d'une baisse des dépenses.

France 3

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire assure qu'on peut baisser les impôts si on baisse les dépenses. "C'est très peu pédagogique. Un quart de la dépense sert à payer les fonctionnaires. Plus des deux tiers de la dépense publique soutiennent la dépense privée", estime Christophe Ramaux, enseignant en économie à la Sorbonne.

"C'est un raisonnement logique. Les ménages veulent payer moins d'impôts, les entreprises veulent payer moins de charges. On a le déficit public le plus élevé de l'UE, une dette à 100% du PIB. Il faut réduire les dépenses et ce n'est pas totalement inatteignable", assure Étienne Lefebvre, rédacteur en chef aux Échos.

"Il faut relever l'âge de la retraite"

"Il faut baisser certains impôts comme la TVA sur les produits de première nécessité, instaurer une TVA à taux réduit sur les transports collectifs", juge Christophe Ramaux, membre des Économistes atterrés.

"On a globalement des charges sur le travail plus élevé qu'ailleurs. Il faut globalement baisser la pression fiscale sur les moyens de production et sur le travail", affirme de son côté son contradicteur journaliste.

Et de développer : "On ne réduira pas les dépenses publiques si on ne touche pas aux dépenses sociales. il faut s'attaquer au coût du système de santé. Il y a des marges considérables. À l'hôpital, il faut récompenser davantage la qualité à la quantité. Et il faut relever l'âge de la retraite, c'est indispensable".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le curé avait dérobé 120 000 euros dans la caisse de sa paroisse.
Le curé avait dérobé 120 000 euros dans la caisse de sa paroisse. (BIANCHETTI STEFANO / AFP)