L'Allemagne impose les femmes dans les directions des grandes entreprises

Cette avancée, objet d'un projet de loi présenté mercredi, est cependant jugée insuffisante par les défenseurs de la parité, qui estiment que l'impact du quota ne concernera qu'un nombre limité d'entreprises privées.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les ministres allemandes de la Justice et la Famille, Christine Lambrecht (à gauche) et Franziska Giffey, le 6 janvier 2021 lors de la présentation du projet de loi qui impose la présence de femmes dans les directions des grandes entreprises. (KAY NIETFELD / DPA / AFP)

Une mesure pour tenter de rattraper son retard sur la question. L'Allemagne va imposer la présence de femmes dans les conseils d'administration de grandes entreprises cotées en Bourse, selon un projet de loi présenté mercredi 6 janvier par le gouvernement de la première économie européenne. Selon le texte, qui doit encore être adopté par les députés, au moins une femme devra siéger dans les instances dirigeantes des entreprises allemandes comptant plus de trois administrateurs.

La nomination de femmes sera également obligatoire dans les conseils d'administration de sociétés où l'Etat est actionnaire et dans plusieurs organismes publics. Au total, 73 entreprises seraient concernées par ce changement de règle, dont 32 n'ont actuellement aucune femme dans leur conseil d'administration, selon le groupe de réflexion FidAR, qui prône la représentation des femmes au sommet des entreprises.

"Un signal important pour les femmes"

D'après une récente étude de la fondation germano-suédoise Allbright, les femmes ne représentent que 12,8% des membres des conseils d'administration des 30 sociétés cotées du Dax, l'indice vedette de la Bourse de Francfort. Pour les 30 plus grands groupes de chaque pays, cette proportion est de 28,6% aux Etats-Unis, 24,9% en Suède, 24,5% en Grande-Bretagne et 22,2% en France, indique cette étude.

"Nous pouvons montrer que l'Allemagne est sur la voie pour devenir une société moderne, porteuse d'avenir", a déclaré à la presse la ministre de la Famille, sociale-démocrate, Franziska Giffey qui a porté le texte avec sa collègue de la Justice. Cette dernière, la sociale-démocrate Christine Lambrecht, a salué un "signal important pour les femmes hautement qualifiées" . Elle appelle les entreprises à "utiliser la chance" offerte par ce quota pour accroître la féminisation des postes de direction.

Le projet de loi, qui devra être voté avant la fin de la mandature en septembre, était soutenu par la chancelière Angela Merkel mais a rencontré de nombreuses résistances au sein de son parti conservateur (CDU) qui gouverne avec les sociaux-démocrates du SPD. Il est aussi critiqué par une partie du patronat qui dénonce une ingérence dans la gouvernance des entreprises.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.