Japon : harcelées pour cause de grossesse

Au Japon, il ne fait pas bon être enceinte si on travaille. Les femmes, lorsqu'elles révèlent leur grossesse, sont souvent harcelées par leurs employeurs. Certaines sont même incitées à avorter.

Des hommes politiques japonais jouant les femmes enceintes. Un faux ventre de 7 kilos et un message : oui, une grossesse c'est fatigant, mais non, ce n'est pas un handicap. Il s'agit d'une campagne encouragée par le gouvernement, car au Japon un fléau inquiète les autorités. Il porte un nom, le "matahara". Cette jeune mère en a été victime, c'est le harcèlement des femmes enceintes au travail. "Je travaillais dans une maison de retraite. Quand j'ai annoncé ma grossesse, le responsable m'a dit que je devais démissionner, et tout de suite", explique-t-elle. Elle a résisté au début puis s'est résolue à démissionner.

Des intimidations qui touchent 1 femme sur 4

Dans cette espace de jeux réservés aux familles tokyoïtes, elle raconte les attaques, les intimidations et les humiliations. Des pressions exercées par ses supérieurs comme par ses collègues. "Personne ne m'a félicitée. Tout le monde voulait que je m'en aille. Ils ont déplacé mon bureau pour m'isoler, ils ont même mis certaines de mes affaires dans des cartons", se souvient-elle. 60% des Japonaises cessent de travailler dès qu'elles ont un enfant. 1 femme sur 4 au Japon est victime de ces intimidations.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'amendement sur la vente de tests de grossesse hors pharmacies sera présenté dans le cadre du projet de loi Consommation.
L'amendement sur la vente de tests de grossesse hors pharmacies sera présenté dans le cadre du projet de loi Consommation. (CHARLES GULLUNG / IMAGE SOURCE / AFP)