:l'éco, France info

VIDEO. Dr Philippe de Azevedo : "Le burnout est une maladie"

Invité de Stépgane Dépinoy dans ":l'éco", le docteur Philippe de Azevedo, addictologue, est venu parler de l'addiction aux écrans et du droit à la déconnexion. 

Franceinfo

Qu'est-ce que c'est que le droit à la déconnexion prévu par la loi travail ? 

"La loi El Khomri n'est pas une loi contraignante pour les entreprises mais elle permet de mettre en exergue les problèmes de l'hyperconnexion et va proposer aux entreprises de mettre une charte pour permettre aux gens de se déconnecter et de pouvoir passer du temps en dehors du travail sans être connecté à leur smartphone et ordinateur" explique le docteur de Azevedo. 

La question AFP : Est-ce que le droit à la déconnexion est rentré dans les moeurs des cadres ? 

"Il y a des gens qui se sentent soumis à une pression de travail et qui vont, pendant les vacances ou au restaurant, aller voir les mails ou travailler en dehors de leur temps de travail. Certaines personnes se retrouvent à aller s'enfermer dans les toilettes pour pouvoir répondre à leurs mails

"Ce qu'il faut c'est essayer de canaliser certains créneaux horaires pour regarder ses mails une fois dans la journée. Mais dans certains métiers hyperconnectés vous êtes soumis à devoir regarder votre smartphone et c'est cela qui peut créer un burnout" ajoute-t-il. 

Pensez-vous que l'on pourra intégrer le burnout dans les maladies professionnelles ? 

"L'Organisation Mondiale de la Santé vient de reconnaître le burnout comme une maladie, elle n'est pas encore reconnue en France. Les chiffres sont encore assez flous, entre 3000 et 3 000 000 personnes seraient concernées. En tout cas c'est une bonne chose que l'OMS reconnaisse le burnout comme une maladie parce que il y a des vrais signes de dépression, de trouble de l'attention et du sommeil qui peuvent rendre les gens vraiment malades voir les pousser vers d'autres dépendances comme l'alcool" souligne le docteur Philippe de Azevedo.

L'interview s'est conclue sur la chanson "Live and let die" de Paul McCartney.