Ordonnances : un pari risqué pour le gouvernement ?

Le recours aux ordonnances est un casus belli pour les syndicats. La CGT se dit prête à un mois de grève pour faire plier le gouvernement. La CFDT a appelé à une grève reconductible à partir du 14 mars. Les syndicats se retrouveront mardi 27 février pour décider d'une éventuelle mobilisation commune.

Cette vidéo n'est plus disponible

Une concertation express avec les syndicats, c'est ce que souhaite le gouvernement en utilisant les ordonnances. Si chaque point sera discuté, le dialogue social sera-t-il respecté ? Pour la CGT, ces négociations ne sont que de la poudre aux yeux, aucun dialogue social n'est réellement possible dans ces conditions. Des discussions qui ont toujours existé, notamment lors des ordonnances de la loi travail, selon un représentant patronal.

Une histoire de négociation pour les syndicats

Au lieu de favoriser le dialogue, des ordonnances, notamment celles sur la loi travail, bloquent la situation dans quelques branches comme la chimie ou le BTP. "Il est des secteurs où la branche peut décider de confier à l'entreprise un certain nombre de négociations. Aujourd'hui, dans certaines branches, la volonté n'est pas là", commente Bernard Vivier, directeur de l'Institut supérieur du travail. Une manière peut-être pour les syndicats d'empêcher l'application d'une loi qu'ils disent ne pas avoir assez négociée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des militants de la CGT manifestent le 20 décembre 2017 à Paris contre les ordonnances réformant le Code du travail. 
Des militants de la CGT manifestent le 20 décembre 2017 à Paris contre les ordonnances réformant le Code du travail.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)