Nuit debout : des manifestants veulent prendre un "apéro chez Valls", huit interpellations

Selon la police, 300 personnes se sont dirigées dans la nuit vers le domicile de Manuel Valls, actuellement en déplacement en Algérie.

La place de la République, à Paris, occupée par le mouvement \"Nuit Debout\", le samedi 9 avril 2016.
La place de la République, à Paris, occupée par le mouvement "Nuit Debout", le samedi 9 avril 2016. (JOEL SAGET / AFP)

Ils voulaient aller "prendre un apéro chez Valls". Huit personnes ont été interpellées et placées en garde à vue dimanche 10 avril au petit matin, après des incidents à Paris, en marge du rassemblement Nuit debout.

Selon la version de la préfecture de police de Paris, samedi vers 23H15, "environ 300 personnes" ont quitté la place de la République pour se rendre dans le 11e arrondissement au domicile du Premier ministre Manuel Valls, actuellement en visite officielle en Algérie.

"Des projectiles et des pierres ont été jetés sur la façade du commissariat du 11e arrondissement et deux véhicules de police en stationnement ont été fortement endommagés", explique la préfecture, ajoutant que les manifestants avaient tenté en vain d'entrer dans le commissariat. Vers 00H30, les forces de l'ordre ont procédé à la dispersion des manifestants.

Des dégradations - vitrines brisées, distributeurs de billets endommagés, tags - ont été aussi commises boulevard Voltaire dans "six agences bancaires" dont trois ont été victimes d'intrusion. "Une agence d'intérim et une agence de mutuelle" ont également été dégradées.

Une autolib incendiée

Place de la République, à 02H50, un responsable de Nuit Debout a demandé le concours de la force publique "en raison de la difficulté de son service d'ordre à assurer la sécurité" sur la place, selon la préfecture. Des policiers ont été envoyés pour sécuriser le rassemblement, et ils ont fait "l'objet de provocations et de nombreux jets de pierres".

Un véhicule Autolib a été "incendié à l'angle de la Place de la République et du boulevard Saint-Martin", nécessitant l'intervention de sapeurs-pompiers. A 06H15, la situation était redevenue "calme" Place de la République, avec "une centaine de personnes toujours rassemblée", selon la préfecture. Une heure plus tard, ils n'étaient plus qu'une dizaine.