Les 4 Vérités - "Il faut continuer les mobilisations" contre la loi Travail, déclare Pierre Laurent (PCF)

Le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, est l'invité de Roland Sicard sur le plateau des 4 Vérités de France 2 ce lundi 6 juin.

France 2

Seul candidat, Pierre Laurent, invité des 4 Vérités ce lundi matin, a été réélu dimanche secrétaire national du Parti communiste avec 81% des voix. "Nous avons décidé hier de nous lancer dans l'organisation d'une grande votation citoyenne nationale en octobre pour faire émerger, dans une discussion populaire, un pacte d'engagement commun. Nous allons rencontrer 500 000 personnes dans le pays avec un questionnaire et nous rendrons compte de cette enquête à la Fête de l'Humanité en septembre", explique Pierre Laurent.

Pierre Laurent ne se formalise pas de la candidature de Jean-Luc Mélenchon : "Nous ne renonçons pas à faire converger des forces de toute la gauche qui ne veulent plus de la politique gouvernementale actuelle. Il faut essayer de le faire pour la présidentielle, comme pour les législatives ou les sénatoriales, car l'élimination possible de la gauche au deuxième tour des grandes échéances électorales est aujourd'hui une réalité et ce serait une catastrophe démocratique. Des socialistes ont conscience du risque de ce scénario de l'échec. Mais il faut qu'ils cessent d'hésiter et passer à des actes concrets de convergence".

"Grève festive et conviviale"

"Tant que la loi Travail est sur la table, il faut continuer les mobilisations, affirme Pierre Laurent. Nous allons entamer la discussion de la réforme au Sénat la semaine prochaine et nous savons que la droite va durcir le texte".

Pour lui, "si François Hollande veut la fin des grèves pour l'Euro de football, il n'a qu'à suspendre le débat parlementaire et retirer la loi de l'ordre du jour du Parlement. C'est le gouvernement et la présidence du Sénat qui ont fixé la date du débat pendant l'Euro, donc ce sont eux les responsables de cette situation".

Mais il assure que "les grèves ne vont pas perturber l'Euro". Le patron du PCF en a "assez de ce climat anxiogène sur l'Euro". Et de clamer : "Tout le monde va regarder les matchs, syndicalistes ou pas. Les grèves n'empêchent pas cela. La grève, ça peut être aussi très festif et convivial".