Vidéo Formation : "Il était temps" d'interdire le démarchage au CPF, se réjouit le député MoDem Bruno Fuchs

Publié
Article rédigé par
Radio France

La proposition de loi d'interdiction du démarchage au CPF qui va être examinée jeudi à l'Assemblée nationale fait l'unanimité, assure le rapporteur du texte, le député MoDem Bruno Fuchs.

L'Assemblée nationale examine jeudi 6 octobre une proposition de loi de la majorité qui vise à interdire le démarchage en faveur de l'utilisation du Compte personnel de Formation (CPF). Il s'agit d'une proposition de loi qui fait l'unanimité auprès des parlementaires, de quoi satisfaire le rapporteur du texte, le député MoDem Bruno Fuchs.

>> ENQUETE : Comment le Compte personnel de formation est devenu la poule aux œufs d'or des escrocs

"Il était temps" s'est-il réjouit sur franceinfo, parce que "le nombre de SMS ou de sollicitations, peut se faire par des appels téléphoniques, par des courriels, mais aussi sur les réseaux sociaux. Ça n'a cessé d'augmenter", dénonce-t-il. Actuellement, des millions de Français subissent ce démarchage.

Application "début 2023"

Il s'agira donc d'interdire le démarchage mais aussi, rappelle le député du Haut-Rhin, "la captation de données". La loi, si elle est votée, visera à "renforcer la qualité des formations (...). On va mieux filtrer à l'entrée le niveau des formations (...) avec un niveau de certification de qualité", indique-t-il.

Aujourd'hui d'après Tracfin, l'organisme de lutte contre les circuits financiers clandestins qui dépend du ministère de l'Économie, en 2021, 43 millions d'euros ont été captés par ces démarchages au CPF. Mais, reconnaît Bruno Fuchs, "ça ne va pas se tarir immédiatement parce que les escrocs continueront à escroquer".

Le député espère que la loi sera vite votée et appliquée, et se montre confiant : "On s'est coordonné avec le Sénat. Il y a de grandes chances qu'il le vote de la même façon. Ça permettra donc d'être en application au début 2023".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.