Quel accompagnement dans le cadre du CIF ?

Le Fongecif accompagne les salariés qui souhaitent suivre une formation dans le cadre du congé individuel de formation (CIF). Zoom sur les missions du Fongecif d'Ile-de-France avec Séphanie Lévy, responsable marketing et communication.

Quel est le rôle du Fongecif dans le cadre du CIF ?Stéphanie Lévy : "Nous finançons et accompagnons le public désireux de suivre un Congé individuel de formation (CIF). Ce public est très varié. Certains ont un projet bien préparé qui est réalisable, d'autres souhaitent changer de métier ou d'entreprise, mais n'ont pas d'idée concrète.Très souvent, les salariés pensent à une formation sans réfléchir aux implications, aux réalités économiques ainsi qu'aux débouchés. Notre rôle consiste à les aider à avoir un projet cohérent. Nous établissons un diagnostic pour voir où en est le salarié. Nous définissons avec lui les étapes pour parvenir au métier qu'il envisage et qui serait compatible avec ses compétences et contraintes personnelles. Nous souhaitons donner une image très concrète du métier visé. S'engager dans un projet de CIF implique de bien se connaître soi-même et de bien connaître le marché. Il ne suffit pas que le projet soit financé, nous voulons aussi qu'il aboutisse."Quels sont vos outils pour accompagner ces personnes ?S. L. : "Nous disposons d'un Espace Projet dans nos locaux situés à République, dans le 10ème arrondissement de Paris. C'est un espace de travail et d'information. Nos documentalistes connaissent bien les métiers, les formations et organismes de formation. Elles établissent des dossiers fouillés sur les métiers et secteurs d'activité, qui donnent un premier éclairage au public. Elles sont en mesure d'orienter les personnes vers une offre de formation adaptée par exemple. Et nous avons des conseillers qui ont une bonne connaissance des financements et du droit à la formation. Nous organisons également deux fois par an, le samedi, des journées portes ouvertes. Durant ces journées, des conférences sur les métiers qui recrutent sont organisées en marge des ateliers, avec des personnes qui représentent ces métiers et en ont une vision très concrète."Comment cela se passe-t-il quand un salarié vous consulte ?S. L. : "Chaque salarié peut se présenter librement à l'Espace Projet et assister aux réunions collectives. Il va pouvoir obtenir des informations sur les modalités administratives du CIF : comment déposer son dossier, demander une autorisation d'absence auprès de l'employeur, etc. Nous proposons aussi un atelier spécialisé dédié à la construction du projet. Les salariés peuvent s'entretenir avec l'une de nos deux documentalistes présentes en permanence, et repartir avec beaucoup d'informations fort utiles. Des entretiens individualisés avec un conseiller sont proposés à ceux qui en ont besoin, selon leur profil, notamment les personnes qui ne savent pas par où commencer, qui ont un projet complexe ou qui veulent vérifier la faisabilité de leur projet. Il s'agit d'un entretien d'une trentaine de minutes, durant lequel le conseiller établit avec le salarié une feuille de route précise avec tous les éléments pour construire son projet (choix du métier, de la formation), et établit son dossier de financement.En cas de besoin, un bilan de compétences est prescrit pour faire le point en amont ou suite à la formation. Il peut être financé par le Fongecif. Parfois, nous nous apercevons que le CIF n'est pas forcément adapté à la situation immédiate de la personne. Par exemple, il nous est arrivé de préconiser une VAE (Validation des acquis de l'expérience) à un salarié qui avait besoin du niveau bac pour évoluer dans sa profession. Ainsi, il a pu conserver son droit au CIF pour une utilisation ultérieure."Vous proposez également des accompagnements plus ciblés ?S. L. : Depuis un an, nous proposons un accompagnement personnalisé destiné à un public précis. Il s'agit de personnes qui ont peu de bagage en terme de formation, ou ne maîtrisent pas bien le français, à l'écrit notamment. Ces personnes sélectionnées sont suivies, avec un rendez-vous une fois par mois allant de 6 mois à un an. L'objectif est de mettre toutes les chances de leur côté. Enfin, nous organisons un atelier intitulé "Rebondir" destiné aux personnes à qui le financement a été refusé. Nous faisons le point sur ce qui n'allait pas dans leur dossier pour qu'ils comprennent cette décision. Et nous les orientons vers d'autres pistes afin qu'ils n'interrompent pas leur démarche d'évolution professionnelle.

Rédigé par Odile GnanaprégassamePublié le 09/01/2012