E-commerce : Bruno Le Maire ordonne aux moteurs de recherche de déréférencer le site Wish et son application mobile

Le ministre de l'Économie annonce mercredi que le site Wish devra être déréférencé des moteurs de recherches à cause d'une "concurrence déloyale". Cette décision a été prise à la suite d'une enquête de la répression des fraudes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le logo du site Wish s'affiche sur un ordinateur, le 6 mars 2019 à Paris. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, le ministre délégué chargé des PME Alain Griset ainsi que le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques Cédric O "ordonnent aux principaux gestionnaires de moteurs de recherche et magasins d’applications mobiles de déréférencer le site de e-commerce Wish et son application mobile", ont-ils annoncé dans un communiqué publié mercredi 24 novembre.

"À une semaine du Black Friday et à un mois des fêtes de fin d’année, cette décision illustre l’action du gouvernement pour protéger les consommateurs et lutter efficacement contre une concurrence déloyale d’opérateurs économiques", déclare dans le communiqué Bruno Le Maire.

"Ces acteurs bafouent la réglementation sur la sécurité des produits. C’est inacceptable."

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance

dans un communiqué

Cette décision est, d'après le gouvernement, "unique en Europe". Selon les ministres et le secrétaire d'État, elle vise "à protéger les consommateurs et à mettre fin aux manquements de Wish quant aux obligations de sécurité des produits qu’il vend", expliquent les ministres dans leur communiqué.

Des produits non-conformes et dangereux

Cette injonction a été décidée par les ministres concernés à la suite d'une enquête ouverte en septembre 2020 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Elle porte sur la sécurité des produits vendus et sur les pratiques commerciales de la plateforme Wish.

Durant cette enquête, plus de 140 produits vendus sur Wish ont été analysés. "L’enquête a permis de révéler la mise en vente d’un grand nombre de produits non-conformes et dangereux, avec des taux de dangerosité particulièrement élevés pour certaines familles de produits"explique le ministère de l'Économie. Sont notamment concernés les jouets (95 % non conformes, dont 45 % dangereux), les appareils électriques (95 % non conformes, dont 90 % dangereux) et les bijoux fantaisie (62 % dangereux). Il a par ailleurs été constaté lors de cette enquête que "Wish n’effectue pas les retraits et les rappels de produits de manière satisfaisante, comme elle en a pourtant l’obligation au titre de son statut de distributeur".

Pas de mise en conformité de la part de Wish

En juillet, la DGCCRF a donc enjoint Wish de se mettre en conformité dans un délai de deux mois. C'est à la suite du non-respect de cette injonction que les ministres demandent aux principaux moteurs de recherche et magasins d’application mobile le déréférencement du site de e-commerce Wish et de son application "tant que cet opérateur ne se sera pas mis en conformité, afin de protéger au mieux les consommateurs".

Concrètement, les consommateurs réalisant des achats en ligne ne pourront plus être dirigés vers le site Wish à l’occasion de leur recherche de produits, dès lors que les risques d’acheter des produits non conformes et dangereux sur celle-ci sont importants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.