Inégalités : les enfants de familles aisées ont trois fois plus de chances d'être riches que ceux issus de familles modestes, selon l'Insee

Selon l'institut, avoir vécu dans une famille monoparentale ou avoir des parents ouvriers ou employés réduit les chances de s’élever dans l’échelle des revenus.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Plusieurs facteurs entrent en jeu : le capital des parents, leur mobilité géographique ou encore leur lieu de résidence.  (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Les inégalités de la société française se reproduisent en partie d'une génération à l'autre. C'est ce qui ressort d'une étude menée par l'Insee, qui pour la première fois relie directement les revenus des parents à ceux de leurs enfants de 28 ans pour établir la mobilité intergénérationnelle des revenus. Un chiffre résume ce phénomène : "Les enfants de familles aisées ont trois fois plus de chances d’être parmi les 20% les plus riches que ceux issus de familles modestes".

>> Les inégalités de niveau de vie se sont un peu accrues en France entre 2008 et 2018

Plusieurs facteurs entrent en jeu : le capital des parents, leur mobilité géographique ou encore leur lieu de résidence. Par exemple, la mobilité ascendante la plus élevée est pour celle des enfants domiciliés en Île-de-France à leur majorité. 21% des jeunes vivant en Ile-de-France au moment de leur majorité gagnent plus que leurs parents, contre respectivement 7 et 8% pour ceux se trouvant dans les Hauts-de-France et en Normandie.

Les femmes défavorisées par rapport aux hommes 

L'autre point déterminant : le niveau de scolarité des parents. 17% des enfants de diplômés de l’enseignement supérieur et des titulaires du baccalauréat arrivent à s'élever par rapport à leurs parents, rapporte l'Insee. Ce chiffre chute à 11% pour ceux dont les parents ont obtenu un diplôme inférieur au baccalauréat, à 10% pour ceux dont les parents n'ont pas poursuivi leurs études.

D'autres facteurs jouent en revanche en la "défaveur" des enfants. Il est montré qu'avoir vécu dans une famille monoparentale, avoir des parents ouvriers ou employés réduit les chances de s’élever dans l’échelle des revenus. Le genre peut également pénaliser. Selon cette étude de l'Insee, "les femmes ont près de deux fois moins de chances de réaliser une mobilité ascendante par rapport aux hommes" issus du même milieu familial.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Disparités salariales

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.