Le déficit public passe sous la barre des 3%, une première depuis la crise financière de 2007

Le déficit cumulé de l'Etat, des collectivités locales et de la Sécurité sociale est passé de 3,4% à 2,6% du PIB entre 2016 et 2017, annonce l'Insee.

La France est parvenue a ramené son déficit public à 2,6% du produit intérieur brut (PIB), annonce l\'Insee, le 26 mars 2018.
La France est parvenue a ramené son déficit public à 2,6% du produit intérieur brut (PIB), annonce l'Insee, le 26 mars 2018. (DANIEL ROLAND / AFP)

Pour la première fois depuis onze ans, la France est revenue dans les clous budgétaires européens, en ramenant son déficit public à 2,6% du produit intérieur brut (PIB). Finies les entorses à la fameuse règle des "3%" accumulées depuis la crise financière : selon l'Insee, le déficit cumulé de l'Etat, des collectivités locales et de la Sécurité sociale a reculé en 2017 de 0,8 point par rapport à 2016, passant de 3,4% à 2,6% du PIB.

Un budget de l'Etat réduit

Ce résultat, à défaut d'être une véritable surprise, est une bonne nouvelle pour le gouvernement. Ce dernier, qui tablait officiellement sur 2,9% de déficit, avait fait du passage sous la barre fatidique des 3% la clé de voûte de sa politique budgétaire. La France était jusqu'à l'an dernier le dernier pays de l'Union européenne avec l'Espagne à être encore sous le coup d'une procédure pour déficit excessif. Bruxelles, qui avait déjà accordé à la France deux délais pour revenir dans les clous (2013 et 2015), avait exclu toute nouvelle rallonge.

Selon l'Insee, le retour dans le vert des comptes publics français a été permis principalement par le budget de l'Etat, qui s'est réduit de 1,3 milliard d'euros l'an dernier, dans un contexte de forte croissance (2%) synonyme de hausse des rentrées fiscales. D'après l'Insee, l'amélioration généralisée des comptes de l'Etat, de la Sécurité sociale et des collectivités n'a toutefois pas permis de faire refluer la dette publique, qui continue à s'accumuler tant que les comptes publics sont dans le rouge.