Cet article date de plus de neuf ans.

Déboires en série pour le Dreamliner de Boeing

Francetv info revient sur les différentes avaries qu'a connues récemment le B-787, bijou technologique de Boeing. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les passagers d'un Boeing 787 Dreamliner sont évacués, le 16 janvier 2013 à Takamatsu (Japon), après un atterrissage d'urgence dû à un incident électrique à bord. (YASUFUMI NAGAO / YOMIURI / AFP)

Un Boeing 787 Dreamliner de la compagnie japonaise All Nippon Airways (ANA) a atterri en urgence, mercredi 16 janvier, dans le sud du Japon. Plusieurs personnes ont été légèrement blessées lors de l'évacuation par les toboggans à l'aéroport de TakamatsuThe Guardian (en anglais) en a posté des images.

En deux semaines, cet incident est le septième qui affecte le nouvel appareil du constructeur américain, contrepied de l'Airbus A380. Alors que le second mise sur son grand nombre de passagers (jusqu'à 856), le Dreamliner, de moyenne capacité (environ 330), met en avant son confort et son côté économe en carburant. Francetv info revient sur les différentes avaries qu'a connues ce bijou technologique au prix catalogue de 207 millions de dollars (156 millions d'euros).

1Problèmes électriques

Le 787 est équipé d'un système électrique innovant. Il permet une économie de poids et de carburant en prenant en charge des fonctions hydrauliques et la climatisation à la place des traditionnels systèmes pneumatiques. Or, c'est justement à ce niveau que l'avion a connu plusieurs déboires.

Le dernier incident en date, celui qui a touché un appareil qui assurait un vol intérieur entre Ube (ouest) et Tokyo le 16 janvier, est dû à un problème électrique. "Le commandant de bord a reçu un message d'erreur provenant d'une batterie", a indiqué la compagnie ANA. Il signalait la présence de fumée au niveau d'un compartiment contenant la batterie à l'origine du problème.

Le 7 janvier, un Dreamliner de la compagnie Japan Airlines (JAL), l'un des plus gros clients de Boeing, a essuyé un début d'incendie après le débarquement de ses passagers à Boston, aux Etats-Unis. Dans un communiqué, le constructeur américain a expliqué que l'incident était survenu "pendant le nettoyage de l'avion". En cause : "la batterie utilisée pour démarrer le turbogénérateur auxiliaire", destiné à l'alimentation électrique à bord.

Par ailleurs, selon le Wall Street Journal (en anglais), la compagnie américaine United Airlines aurait découvert des connexions électriques mal installées sur l'un de ses six Dreamliner.

2Fuites de carburant et d'huile

Un autre Dreamliner d'ANA a été victime, le 11 janvier, d'une fuite d'huile sous son moteur gauche après son atterrissage à l'aéroport de Miyazaki, dans le sud du Japon. L'avion a pu rentrer à Tokyo, avec du retard, a précisé une porte-parole de la compagnie. 

Un 787 de la JAL a lui aussi connu une fuite de carburant avant le décollage, le 8 janvier, à Boston. Environ 150 litres de carburant se sont échappés. "La cause de la fuite d'essence était une valve défectueuse", a déclaré deux jours plus tard un porte-parole de la compagnie aérienne japonaise. Le même appareil a de nouveau été cloué au sol cinq jours plus tard pour la même avarie.

En décembre, deux fuites de carburant avaient déjà été signalées sur un 787 et avaient entraîné l'ordre des autorités américaines d'examiner toute la flotte des Dreamliner en circulation.

3Fissure dans le pare-brise d'un cockpit

La compagnie ANA a encore dû annuler un vol de 787, le 11 janvier, en raison d'un bris de glace du cockpit. La dalle de verre extérieure du pare-brise à cinq couches du côté du commandant de bord a été fêlée durant le vol au départ de Tokyo-Haneda vers Matsuyama (sud). L'incident n'a fait aucun blessé et l'appareil a atterri sans encombres quasiment à l'heure prévue mais le vol suivant n'a pu avoir lieu.

4Problème de freins

L'ANA a été contrainte également d'annuler le décollage d'un autre de ses 787 à Yamaguchi (ouest), le 9 janvier, en raison de soucis de freins. Un voyant lumineux s'est allumé dans le cockpit indiquant que certains avaient besoin d'être remplacés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.