Covid-19 : "La situation de la dette doit nous inquiéter", souligne le gouverneur de la Banque de France

"Nous avons une bonne croissance mais trop d'inflation", met également en garde le gouverneur de la Banque de France. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, mercredi 19 janvier sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"La situation de la dette doit nous inquiéter (…) Nous sommes aujourd'hui à 115% du PIB", un niveau "trop élevé", a mis en garde François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, mercredi 19 janvier sur franceinfo. "Le 'quoi qu'il en coûte' n'est plus justifié", a-t-il souligné.

Après la crise sanitaire, il ne sera pas envisageable, selon lui, de prévoir des baisses d'impôt ou des dépenses supplémentaires, comme le laissent entendre certains candidats à la présidentielle : "Dans la situation où nous sommes, cela creuserait encore la dette. Or, ce niveau de 115% est trop élevé parce qu'on ne peut pas parier que les taux d'intérêt vont rester toujours à leur niveau favorable aujourd'hui. Il y aura peut-être une autre crise. Et puis, on va avoir des grands besoins d'investissements écologiques", a-t-il indiqué.

"Nous ferons ce qu'il faut pour ramener l'inflation autour de 2% dans la durée"

En attendant, "la croissance tient bon", a estimé François Villeroy de Galhau."Nous avons une bonne croissance qui n'est pas affectée par Omicron (…) mais nous avons trop d'inflation", a expliqué François Villeroy de Galhau. Une tendance qui devrait s'inverser dans les prochaines années : "Quand on regarde dans deux ans, au-delà du Covid-19, l'image devrait s'inverser. C'est-à-dire qu'on aurait la bonne inflation autour de 2%, mais pas assez de croissance. Et ça, c'est vraiment les réformes de fond que nous devons viser pour les prochaines années", a-t-il expliqué.

"D'ici la fin de l'année, l'inflation devrait diminuer et passer sous 2% en France", prévoit-il. François Villeroy de Galhau a fait une promesse : "Je garantis que nous, la Banque centrale européenne, la Banque de France, nous ferons ce qu'il faut pour ramener l'inflation autour de 2% dans la durée", a-t-il souligné.

>> La prévision de croissance pour 2021 revue en hausse à 6,7% par la Banque de France



Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Croissance

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.