Résidences secondaires : minées par la crise, leurs prix s'effondrent

Alors que l'immobilier frémit, le marché des résidences secondaires ne se relève pas de la crise de 2008. Aujourd'hui, les acheteurs se font rares et les prix sont cassés. Le reportage de France 2.

FRANCE 2

Le frémissement de la reprise de l'immobilier n'atteint pas le marché des résidences secondaires. Depuis la crise de 2008, ce secteur est sinistré, et les acheteurs ne se pressent plus.

À Lalinde, en Dordogne, en 2009, Yvan Vidal pensait vite vendre sa maison. Le prix de vente initial était de 235 000 euros. Aujourd'hui, la demeure, qui ne manque pourtant pas d'atouts, est toujours en vente, mais à 180 000 euros, 25% moins cher. Et encore, selon Jérôme de Chabaneix, agent immobilier, c'est encore trop. "Je n'avais jamais vu une crise comme ça. On est revenu aujourd'hui à des prix d'il y a quinze ans", confie l'agent immobilier à France 2.

La crise touche toutes les régions

Ailleurs dans le Périgord, certaines demeures s'affichent à moins 50%, comme dans le Gers, la Creuse et le Morvan. En Normandie et dans le Perche, les prix sont réduits de 25%. Dans le Luberon, c'est moins 10%.

Même les stations balnéaires font grise mine. À La Baule, en 2014, un directeur d'agence immobilière a conclu 40% de transactions en moins qu'en 2013.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les taux d\'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers sont tombés à 2,70% en moyenne en juillet 2014.
Les taux d'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers sont tombés à 2,70% en moyenne en juillet 2014. (FRANK MAY / PICTURE ALLIANCE / AFP)