Cet article date de plus de neuf ans.

Le AAA du Fonds de secours européen lui aussi menacé

L'agence Standard & Poor's l'a placé sous surveillance négative mardi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le siège de l'agence américaine d'évaluation Standard & Poor's à New York (Etats-Unis), le 6 août 2011. (STAN HONDA / AFP)

Après avoir mis sous surveillance négative le triple A de six pays, dont la France, l'agence Standard & Poor's annonce mardi 6 décembre qu'elle a fait de même pour la note AAA du Fonds européen de stabilité financière (FESF). Elle risque d'être abaissée de deux crans. 

• Pourquoi le FESF risque-t-il de voir sa note dégradée ?

Cette annonce est la suite logique de celle de la veille. La mise sous surveillance négative des deux premiers contributeurs du FESF, la France et l'Allemagne, fragilise de fait cette institution.

"Compte tenu de la structure du FESF, si nous devions abaisser la note d'un ou plusieurs pays de la zone euro, nous lui attribuerions la note la plus basse d'un pays de l'Union monétaire anciennement noté triple A", a expliqué S&P dans un communiqué. Concrètement, cela signifie que si la France, pays AAA le plus menacé, est dégradé de deux crans, le FESF subira le même sort et passera lui aussi de AAA à AA. 

• Quand l'agence de notation prendra-t-elle sa décision ? 

Standard & Poor's a par ailleurs prévenu qu'elle évaluerait si les décisions prises lors du sommet européen de jeudi et vendredi à Bruxelles (Belgique) auront été en mesure de "ramener la confiance" des investisseurs.

Sa décision interviendra dans les trois mois "et si possible avant", précise l'agence qui entend d'abord finir son évaluation des pays apportant leurs garanties au FESF.

• Pourquoi faut-il craindre la dégradation de sa note ? 

Le FESF est un instrument financier qui lève de l'argent sur les marchés avec une garantie apportée par les Etats de la zone euro, proportionnellement à leur participation dans le capital de la Banque centrale européenne (BCE).

Sa note triple A lui a permis d'emprunter à des taux avantageux sur les marchés. L'argent qu'il lève est ensuite reversé à des pays en difficulté, comme le Portugal ou l'Irlande, à des taux moindres que ceux qu'ils devraient payer sur les marchés, ce qui en fait un instrument clé des plan de sauvetage de l'euro mis en œuvre jusqu'à présent. Une dégradation de sa note entraverait donc sa mission première.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise européenne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.